Gad Elmaleh accusé de plagiat


Dites-le avec humour !


Le 28 janvier 2019, la chaîne Youtube CopyComic a publié une vidéo consacrée à Gad Elmaleh dans laquelle on retrouve, notamment, d’étranges similitudes avec des numéros de grands humoristes américains mais aussi québécois.

Ses spectacles font des cartons en France mais également aux Etats- Unis. Gad Elmaleh est un génie de l’humour mais certaines de ses blagues auraient été fortement «inspirées» par quelques uns des plus grands stand-uppers américains. C’est ce qu’a révélé, le 28 janvier 2019, CopyComic sur sa chaîne YouTube avec un montage vidéo qui compare des numéros d’humoristes comme George Carlin, Steven Wright ou Dany Boon à ceux de Gad Elmaleh et qui a atteint 920.000 vues. Le mystérieux «justicier de l’humour» sévit sur la plateforme de vidéos depuis l’automne 2017. Et ce n’est pas fini puisqu’un deuxième montage vient d’apparaître avec, cette fois, des comparaisons de sketchs de Gad avec des numéros de Dave Chappelle et Louis C.K. entre autres.

Un buzz dont se serait bien passé l’humoriste aux trois nationalités, marocaine, française et canadienne. L’accusation de plagiat visant Gad Elmaleh cause des remous dans le monde du spectacle. Face à ce scandale, la directrice de l’École nationale de l’humour à Montréal, Louise Richer, ne s’est pas privée d’étriller l’humoriste.

«On va jeter l’opprobre sur Gad Elmaleh au Québec. C’est quelque chose qu’on ne tolère pas, nous à l’École, nos pratiques, nos règlements, tout ce qui est plagiat ou récidive de plagiat entraîne un renvoi», a-t-elle lancé, interrogée par Radio Canada. Dans la même veine, le Bordel Comédie Club, un cabaret d’humour de Montréal, a décidé de bannir Gad Elmaleh. L’humoriste français ne «peut partir comme si de rien n’était avec des gags entendus sur scène», estime Charles Deschamps, l’un des propriétaires, contacté par la presse québécoise. «Un jeune humoriste peut vouloir garder ces gags-là pour les faire plus tard», poursuit-il.

En France, des voix s’élèvent également pour condamner le plagiat de Gad Elmaleh. Le célèbre chroniqueur Yann Moix, qui officie sur la chaîne D8, a ainsi déclaré: «Faire rire avec l’humour d’autrui, c’est un manque de respect, non pas pour le public. Le public, lui, s’en fiche, on lui donne à rire, il rit. Ce n’est pas un manque de respect pour le plagié. Pour le plagié, c’est un honneur!». Selon le chroniqueur, il s’agit d’un manque de respect envers soi-même. Il ajoute même: «Gad Elmaleh reste quand même un génie. Il parvient à ne faire rire que lui-même avec l’humour des autres». L’humoriste reste tout de même soutenu en France. Ce lundi 4 février, les Globes de Cristal ont décidé de lui décerner un Globe d’Honneur, pour l’ensemble de sa carrière. Il n’a pas souhaité répondre à la presse mais s’est adonné volontiers à des selfies en salle, comme à la reconquête du public.

Textes, pauses et gestuelles
Ce n’est pas la première fois que Gad Elmaleh est accusé de plagiat. En 2017, la chaîne CopyComic avait déjà relevé des similarités entre certains passages de ses spectacles et d’autres de Jerry Seinfeld. La récente vidéo reprend même une séquence du Grand journal en 2007 où ce célèbre humoriste américain semblait alerter de certains «emprunts». Interrogé à ce sujet en juillet 2018 dans Le Quotidien, Gad Elmaleh avait plaidé l’inspiration: «Dire que je m’inspire de Jerry Seinfeld, c’est, comme dirait un politique s’il était là, ‘un secret de polichinelle’. C’est-à-dire que c’est absurde», arguait-il.

Si l’on peut dire qu’une fois est une coïncidence, deux fois c’est un problème. La répétition est ce qui rend ce cas particulièrement sérieux. Il n’est pas question de deux ou trois répliques ici et là, mais d’une multitude de numéros au travers des années. Les textes, les pauses et même les gestuelles partagent des ressemblances qui remettent en question l’intégrité du processus de création de l’humoriste.

Laisser un commentaire