L’ALGÉRIE DANS LA TOURMENTE

LES CRAINTES DU MAROC

Le corollaire d’une crise du régime algérien est le risque aventuriste d’une tension à partir des camps de Tindouf pour multiplier les provocations et les incidents avec le Maroc.

Oui, le Maroc suit avec préoccupation l’évolution de la situation politique actuelle en Algérie. Les autorités sont très attentives à ce sujet; l’opinion publique aussi. Quel est l’état d’esprit général dans le Royaume? En premier lieu, le souhait que la stabilité de ce pays voisin ne soit pas compromise; que les manifestations pacifiques qui se généralisent ne débordent pas du côté de l’affrontement et de la violence; et que l’appareil sécuritaire ne recoure pas à des provocations ou à des actes de répression disproportionnés par suite de telle ou telle instrumentalisation de certains cercles du pouvoir.

L’on en est en effet à cette problématique: comment va se poursuivre cette contestation populaire dans les prochains jours et les semaines précédant le scrutin présidentiel du 18 avril 2019? Avec des interrogations connexes: l’acte de candidature de Abdelaziz Bouteflika briguant un cinquième mandat, officialisé le 3 mars, ne va-t-il pas relancer l’agitation et fédérer des forces vives autour des jeunes, des étudiants, des avocats, et d’autres catégories socioprofessionnelles? Même réélu, Bouteflika pourra-t-il assumer sa charge dans des conditions d’apaisement alors que vient de s’enclencher un processus de mise en cause frontale de la «légitimité» de son statut présidentiel? Enfin, la cristallisation qui s’est faite sur son mandat renouvelé a élargi le débat politique en s’en prenant aux fondements mêmes du régime et en se mobilisant pour un projet alternatif marqué du sceau de la démocratie, de l’Etat de droit, du pluralisme, etc.

Au Maroc, les craintes portent sur la déconstruction de l’Etat algérien et, en même temps, du pouvoir. Un processus pouvant être fragmenté et éclaté entre des clans en compétitions, soit dans le schéma d’un cinquième mandat de Bouteflika, soit dans celui créé par une situation mal ou pas maîtrisée précisément par suite de la reconduction de ce chef d’Etat… jusqu’à 2024 !

Ce que redoute au vrai Rabat, c’est aussi ce qui est ressenti et appréhendé dans de grandes chancelleries comme Paris, Washington, l’UE à Bruxelles, Madrid ou Moscou, pour ne citer que celles ci. Que risque-t-il de se passer? Tout d’abord, une forte pression migratoire à la frontière orientale à Oujda. Dans cette hypothèse, des milliers d’Algériens se présenteraient pour demander le droit d’asile et bénéficier des traditions d’accueil et d’hospitalité du Maroc. Peut-on fermer la porte à une telle exigence humanitaire?

Problème humain donc mais aussi d’ordre diplomatique que celui d’une crise politique majeure en Algérie. Ainsi, la politique de la main tendue du Maroc formulée dans le discours royal du 6 novembre 2018 n’aura pas de réponse. C’est qu’à Alger aucun acteur ou plutôt aucun décideur ne peut prendre la moindre initiative dans le sens d’une normalisation des relations maroco- algériennes. Pourquoi? Parce que cette question ne figure pas dans les priorités des uns et des autres.

Ils sont tous mobilisés en effet dans la gestion de la fin de mandat Bouteflika et dans la mise sur pied d’une formule liée à sa nouvelle candidature présidentielle le 18 avril. Un enjeu de pouvoir, de positionnement, de rapport de forces qui ne s’embarrasse pas de la qualité des rapports avec le Maroc. Le plus simple parce -que c’est le plus économique, pourrait-on dire-, n’est-ce pas à leurs yeux le statu quo et la gestion a minima des relations avec Rabat? L’aspect sécuritaire n’est pas moins prégnant à cet égard. Il intéresse plusieurs domaines. Le tutorat sur les éléments armés des séparatistes du Polisario sera-t-il assuré? Des divisions au sein de la hiérarchie militaire peuvent conduire –ou pousser?– à nourrir des foyens de tension portant atteinte au cessez-le-feu instauré depuis septembre 1991.

Le corollaire d’une crise du régime algérien est le risque aventuriste d’une tension à partir des camps de Tindouf pour multiplier les provocations et les incidents avec le Maroc et viser ainsi à une internationalisation de la question du Sahara.

Des craintes donc? Tous les pays de la région les ressentent fortement, sans oublier des puissances étrangères. Le souci commun est celui de la stabilité et de la sécurité en Algérie. Mais est-ce possible et faisable à terme si le système en place sans ce pays n’a pas d’autre visée que de se maintenir et de se perpétuer?.


5 commentaires

  • Nasser

    1 Mars 2019

    Ne vous occupez pas de cette affaire qui est strictement algero- algérienne. Quand à la pression migratoire supposée, en cas de trouble, j'aimerais que vous me citez, combien d'Algériens sont venus taper à votre porte durant la décennie noire. Tradition d'hospitalité !! À nous. Non on s'accrochera à notre terre et on ne viendra pas quémander chez l'ennemi.

  • iceman

    2 Mars 2019

    Exode vers le Maroc,vous plaisantez j'espère ,et quant a la normalisation avec le Maroc ce n'est pas pour demain.

  • Habib Cherkaoui

    2 Mars 2019

    @Nasser, Relis l´article et surtout au lieu de replonger dans les slogans gratuits du " Nif algérieb" reviens à la réalité pure et dure: 1-Le système algérien, pas le Peuple Algérien frère (à mon avis il n´existe aucune différence entre les Marocains(les "marocquis " de la signature Nasser et ses compagnons "patriotiques" de la Pravda gouvernementale algérienne " l´Algérie Patriotique".e..= et les Algériens, le système algérien dpnc a failli. C´est une faillite politique, sociale, économique etc.., c´est un constat. 2-Aprés 20 ans de règne de cette mafia militaire qui tire toute sa légitimnité des " Martyrs de la libération") plus de 1000.000 milliards de dollars se sont évaporés. Le clan Bouteflika , les généraux, les DRS, le FNL ont dépensé 360 milliards de dollars pour soutenir le Polisario et sa " République Arabe Sahraouie Démocratique" (Sic!) comme si on avait vue une seule république "arabe" " démocratique (Syrie, Libye, Algérie, Irak, Yémen etc..). Les seuls habitants légitimes et autochtones non seulement du Sahara "Occidental" mais de tout le Grand Sahara des Oasis de Siwa(Ègypte) en passant par la Libye, la Tunisie, l´Algérie, le Maroc et la Mauritanie et au Sud tout le Sahel (Nord-Mali, Burkina -Faos etc..) sont, des Imazighens. Donc, dans les Provinces Du Sud marocain sont depuis des millénaires le fief des tribus Aït-Baâmrane, Souss-Massa, Aît -Aïssa, Touaregs etc... et les Banou Hillal venus du Yémen sont nos frères, mais de là à nous obliger à avaler une RASD née du mariage de Feu Boumédienne et de Feu Kaddafi, c´est insulte notre intelligence. 3-Le Maroc n´a jamais intervenu dans les affaires intérieures de l´Algérie soeur par respect à son peuple malgrè le Printemps Berbére en aKbylie, les oppressiosn contre les Imazighens Mozbithes ou Touaregs et malgrè des décennies de propagande de la part du pouvoire mafieux algérien. 4-Revenons à l´article: -Non seulement l´auteur de l´artciel mais tous les pays voisind de l´Algérie ne souhaitent qu´une chose: La stabilité de l´Algérie. Le scénario de milliers de r´fugiés algériens en cas de crise majeure est plausible car des deux côtés de la frontière (Oujda-Maghnia jusqu´á Figuig ces " Algériens" et ces " Marocains"...appartiennent aux mêmes familles, aux mêmes villages, familles divisées par le tracé des frontières post-coloniales. De même entre la Libye, la Tunisie et l´Algérie de l´autres côté. Rien de spécial. 5- Mr. Nasser, je suis persuadé que tout le peuple marocain ne souhaite qu´une chose: -Que le peuple algérien retrouve sa dignité, sa liberté, ses droits fondamentaux, sa prospérité dans un processus stable. Donc au lieu de faire du Nif et de perdre encore du temps à haïr et maudir le Maroc, utilisez votre énergie à bâtir une Algérie forte et libre. En plus, regardez le canal satellitaire AL-Magharibia (ALGÈRIEN pas "marocqui"), canal qui justement parle de plusieurs scénarios en Algérie. Parmi ces scénarios, le chaos et la fitna avec des millions de réfugiés. Enfin vous faites une erreurs capitale: _Oui, pendant les décennies noires en Algérie, des milliers de citoyens algériens se sont installés au Maroc.... leur pays. Courage et concentrez vous sur la réalité: Le régime algérien mafieux doit dégager....

  • Nasser

    5 Mars 2019

    Si écrire beaucoup, se répéter, avancer des contre vérités constituent un argumentaire alors, vous devez sûrement avoir raison. Nous ce que l'on demande aux autres peuples c'est de s'occuper de leurs affaires. À ma connaissance dans notre voisinage immédiat, il n'existe aucune démocratie pour nous souhaiter la contagion. Et ce n'est pas les détenus du rif qui me contrediront. Le peuple algérien n'a jamais perdu sa dignité pour que quelqu'un nous souhaite de la retrouver. Qu'il s'occupe de sa propre dignité et qu'il cesse par exemple de baiser les mains. Enfin je m'excuse pour cette dernière remarque. Pour ce qui est de la haine d'un peuple donné, la seule chose ressentie c'est l'amour de mon propre peuple. Les autres peuples me sont indifférents. Je ne suis pas leur tuteur pour leur souhaiter quoique ce soit. C'est à eux de trouver leur chemin. Seuls.

  • Habib Cherkaoui

    6 Mars 2019

    @ Nasser: Intéressant de constater que vous reprenez exactement les mêmes clichés et slogans gratuits des DRS algériens crié haut et fort par "Algérie Patriotique" et ses baltajias du régime mafieux d´Alger. Pendant des années. Reprenons ces slogans: 1) Le Hirak Du Rif (vous oubliez les autres hiraks de Zagora et autres régions. 2) Les maroquis sont des esclaves baise-la main. 3) La dignité du peuple algérien. Vous oubliez les propos de votre ministre des affaires étrangères et de votre premier ministre qui ont réduit l´économie marocaine en économie de hashich. Arrêtons-nous là . Répétons: 1) Le Hirak Du Rif a été et est légitime tant que ces manifestations étaient pacifiques. Dés lors que certains manifestants se sont attaqués aux bien publics, nous sommes dans une autre considération. Ce Hirak Du Rif( et dans d´autres régions) a manifesté contre la corruption des élus locaux, l´arnaque et le détournement de projets structurants par des mafias locales . Mais le gouvernement marocain a bien entendu et compris le message et les solutions sont en marche (40 présidents de régions ont été limogés et doivent rendre des comptes au Trésor.) Donc, le Hirak Du Rif et les autres Hiraks au Maroc ont été positifs. 2) Le baise-main est une tradition ancestrale et hautement symbolique et d´ailleurs le Roi retire toujours sa main..., en plus personne n´oblige quiconque à baiser la main de quiconque. Les vieilles dynasties comme au Japon ont aussi ont leurs courbettes etc..3) La dignité: la dignité d´une nation commence par le respect des autres et la dignité ne se forge pas avec des slogans, mais après des siècles./ Arrêtons nous ici. Vous n´avez pas à vous excuser de votre dernière remarque, car vous avez été allaité pendant depuis 1962 au lait bourré de propagande, de haine, de xénophobie contre la " Main de l´Étranger" (le Maroc surtout). Moi, sans présenter mes excuses je dis : Je préfère baiser la main, symboliquement à un roi qui garantit une marche démocratique sincère que de faire allégeance au cadre et à la photo d´un président malade et absent et dont les actes sont actionnés , telle une marionette , par des fils manipulés par un clan obscur. Oú est la dignité? La dignité d´une mafia qui a saigné l´Algérie pays et peuple ou la dignité décriée par Algérie Patriotique, EL-Moujahid at autres voies de leur Maître. Personne n´a dit que le peuple a perdu sa dignité. Ce grand peuple victime d´abord d´un projet colonialiste rapace et destructeur depuis 1830 puis victime d´un gang de "patriotes" depuis 1962 (aucun président algérien n´été élu aux urnes, tous les présidents algériens furent soit assassinés, soit morts en exil soit mis sur la touche,) ce peuple est plus digne que n´importe lequel. Mais ce peuple algérien mérite en plus de la dignité telle que définie par les pires rapaces prédateurs qui ont bâti un gang mafieux sur la mémoire des vrais Maryrs, ce peuple mérite des.....gouvernants dignes. Essayez de voir la différence ou ce qui est logique devient illogique. Au delà de se libérer de cette mafia fachiste au pouvoir en Algérie depuis 1962 avec ses généraux, ses clans, ses caisses noires etc.., le peuple algérien devra mener une bataille plus ardue: Se libérer des préjugés et de la propagande qui l´ont empoisonné . Quand les rideaux vont tomber et que les frontières seront ouvertes, faites un voyage au Maroc. Et n´oubliez-pas de visiter Layounne ou Dakhla ou autres régions du Maroc, mais attention au choc. Car la réalité est toute autre côté développement, infrastructures, liberté du Marché, dynamisme que vos ténors ne l´ont décrite-

Laisser un commentaire