140 milliards de dirhams pour développer le Sahara

S.M. Mohammed VI donne le coup d’envoi des travaux de construction du port de la ville de Boujdour. Mars 2006. S.M. Mohammed VI donne le coup d’envoi des travaux de construction du port de la ville de Boujdour. Mars 2006.

40ème anniversaire de la Marche verte


RENOUVEAU. A l’occasion de la commémoration de la Marche verte, plusieurs chantiers structurants seront lancés dans le cadre du Plan de développement intégré des provinces du Sud, doté d’une enveloppe de 140 milliards de dirhams.


C’est une feuille de  route pour les provinces  du sud qui  serait annoncée à  l’occasion de la commémoration  du 40ème anniversaire de la Marche  Verte, vendredi 6 novembre  2015. Il s’agit de la deuxième  tranche du tant attendu Plan  de développement intégré de  ces provinces. L’occasion (40ème  anniversaire de la Marche Verte est propice pour lancer des chantiers  structurants de ce plan, et  annoncer la nouvelle configuration  de l’Agence de développement  des provinces du Sud avec  de nouvelles prérogatives et un  nouveau siège.


Projets d’envergure
Des projets d’envergure  devraient être ainsi inaugurés  et lancés pour la circonstance : une nouvelle gare routière; une  université de formation pour les  métiers des phosphates; un centre  hospitalier universitaire portant  le nom de la princesse Lalla  Salma; un théâtre; un complexe  sportif et un nouveau siège pour  l’Agence de développement des  provinces du Sud.


Mais également les travaux de  construction de l’autoroute qui  reliera Tiznit à Laâyoune sur 500  kilomètres; ainsi que les travaux  de renforcement et d’élargissement  de la route reliant  Laâyoune à Dakhla. A Tarfaya,  il y a aura les travaux de la plus  grande station de production  d’électricité éolienne en Afrique  (300 mégawatts).


Le défi de la stabilité
Des méga-projets qui contribueront  à insuffler une nouvelle  dynamique à cette région  du Maroc qui a connu, 40 ans  durant, un développement économique  sûr et visible: Aéroports  et ports modernes, infrastructure  routière développée, zones industrielles,  hôtels, hôpitaux, écoles,  stades, restaurants, habitations  et immeubles flambant neufs,  espaces verts.


Le Sahara marocain a réussi des  mutations tous azimuts et relevé le défi de la stabilité et de la sécurité,  conjugué à celui du développement  économique et humain.  Dans un continent africain en  proie à l’instabilité, les provinces  du Sud du Royaume, qui se  trouvent à la porte du Sahel,  s’érigent en un modèle réussi de  stabilité et de cohésion sociale,  conditions sine qua non pour  tout décollage économique.


Régionalisation avancée
Porté par une vision ambitieuse  et réfléchie, le nouveau modèle  de développement des provinces  du Sud renseigne sur la volonté  du Maroc d’avancer dans la mise  en oeuvre de son plan de développement  pour une régionalisation  avancée au profit du Sahara, un  prélude à son initiative d’accorder  un statut d’autonomie à ses provinces sahariennes à laquelle  les grandes puissances mondiales  sont favorables.


Sur le terrain, le succès de ce  modèle de développement  dépendra surtout du niveau  de coordination et de synergie  entre les intervenants nationaux,  régionaux et locaux chargés de  sa mise en oeuvre.


Laisser un commentaire

Merci de cocher cette case