Centenaire Toulouse-Casablanca 1919-2019, de Max Nicolleau

AVIATION CIVILE

Un livre qui retrace les péripéties de la première ligne «long-courrier» française Toulouse-Casablanca, il y a cent ans déjà.

C’est un beau livre mais pas que. Un document d’histoire avec des références et des images d’époque. Quelques témoignages aussi. Un livre qui retrace les péripéties de la première ligne «long-courrier» française Toulouse-Casablanca, il y a cent ans déjà. En effet, c’est le 1er septembre 1919 que s’ouvrait officiellement cette ligne aérienne. Une aventure humaine, certes, mais une événement historique qui marquera à jamais le développement de l’aviation civile française.

Réalisé grâce à la maison d’édition La Croisée des Chemins à Casablanca, en partenariat avec l’éditeur Au Diable Vauvert, basé dans la région Occitanie, dont la ville principale est Toulouse, l’auteur de ce livre est Max Nicolleau. Pour lui l’idée de cet ouvrage est née de sa rencontre, «il y a environ huit ans, avec un livre écrit par Raymond Danel, sur l’aventure Latécoère (1918-1927), sous-titré Les Pionniers de l’aviation commerciale. L’auteur y montrait, avec force références, la connexion historique entre Toulouse et Casablanca. Ce qui, croisé avec ma destinée marocaine et mon intérêt pour ce sujet, m’a fait entreprendre il y a six ans un travail de fourmi pour donner plus d’ampleur iconographique au thème choisi, volontairement centré sur le patrimoine immatériel de Casablanca. Centenaire Toulouse-Casablanca 1919-2019 ambitionne de voir comment la capitale économique marocaine s’est façonnée tout en donnant aux lecteurs une perspective surprenante sur l’histoire de l’ancien aéroport de Casablanca-Anfa, lieu d’une grande reconversion immobilière...»

Ce livre, comme nous l’a expliqué Abdelkader Retnani, fondateur de La Croisée des chemins «parle de l’histoire de l’Aéropostale. Un projet que j’ai porté pendant trois ans pour pouvoir le réaliser à l’occasion du centenaire du premier vol Toulouse-Casablanca, en 1919. J’ai découvert à l’occasion de mes recherches sur le sujet que le sultan Moulay Youssef avait reçu et décoré l’équipage de l’aéropostale à son arrivée à Casablanca.»

Le livre rappelle que Casablanca se dotait depuis le début du 20è siècle de moyens de communication qui l’ont préparée à un tel événement. Déjà en 1907, une ligne de transmission a été lancée entre Paris et la future capitale économique du Maroc. Ensuite, en 1911, le tout premier raid aéropostal français entre Casablanca et Fès a été organisé «pour prouver également l’intérêt de ce type de liaison, dans des territoires manquant d’infrastructures, à l’instar du Maroc de cette époque», peut-on lire dans le livre, page 20. Le lancement de la ligne Casablanca-Toulouse consacre également la compagnie Latécoère, pionnière dans son domaine d’activité industrielle. Car un «communiqué de l’administration des Postes avisait ses usagers que la compagnie Latécoère était habilitée à transporter les correspondances à destination ou en provenance du Maroc…» (Page 108).

C’est dire qu’une nouvelle ère est née depuis ce 1er septembre 1919 au Maroc. C’est dire aussi pourquoi la région d’Occitanie a été associée à la réalisation de ce livre, de même que celle de Casablanca, qui organisera une cérémonie de présentation de l’ouvrage, le 19 décembre 2019 au siège de la région.


Laisser un commentaire

Merci de cocher cette case