Cérémonie d'adieu à Abdelilah Tahani à la Bibliothèque nationale



Depuis septembre 2017 jusqu’au 20 décembre 2018, Abdelilah Tahani assurait le poste de directeur général par intérim de la bibliothèque nationale en plus de son poste de directeur de la communication et des relations publiques qu’il a occupé des années durant depuis sa nomination par SM le Roi. En moins de deux ans à la tête de la BNRM, M. Tahani a laissé ses marques. Le souvenir d’un homme respectueux, modeste et ouvert, comme l’a déclaré un fonctionnaire de cet établissement dimanche 23 décembre 2018, lors d’une cérémonie d’adieu à M. Tahani qui cède la place au nouveau directeur général, Mohamed El Ferran, nommé en conseil de gouvernement le 20 décembre. « En tant que responsable, M. Tahani a fait un diagnostic de cette institution pour en déduire ses points forts et ses failles. Conscient de l’importance de la bibliothèque nationale et de son rôle dans la préservation et la promotion de l’héritage culturel et civilisationnel, il a fait de son mieux pour faire avancer les choses », a relevé le président du syndicat national des employés de la Bibliothèque nationale.

Durant cette cérémonie à laquelle les cadres et employés de la BNRM ont été présents, plusieurs intervenants se sont succédé pour louer les qualités humaines, la maîtrise professionnelle et le sens de la responsabilité dont avait fait preuve M. Tahani. Ce qui a permis l’adoption par le conseil administratif de la Bibliothèque nationale, du nouveau statut des fonctionnaires de cet organisme, dans un esprit de dialogue.

Etait notamment présent Mohamed Laarej, le ministre de la Culture et de la Communication qui n’a pas manqué de rendre hommage à M. Tahani  pour ses services louables en faveur de cette institution depuis sa nomination dans ce poste, se félicitant du climat de compréhension et de dialogue ayant caractérisé son mandat parallèlement à ses responsabilités administratives qu’il a continué à exercer au département de la communication.

M. Tahani a toujours été animé par une seule exigence : celle d’être au service de son pays quel que soit le poste qu’il occupe ou la mission qui lui est confiée.

Laisser un commentaire