Le chabab de Mohammedia s'attache les services de Rivaldo

Aït Menna rêve grand

En parvenant à signer Rivaldo comme directeur technique, le Chabab de Mohammedia de Hicham Aït Menna se rêvent en place forte du football national.

Le Chabab de Mohammedia n’est, visiblement, pas du genre à chômer. Comme l’avaient annoncé différents médias en janvier 2019, le club fanion de la ville de Mohammedia pourra compter, à partir de la saison prochaine, sur la présence de la légende brésilienne Rivaldo en tant que directeur technique. C’est son président, Hicham Aït Menna, qui a confirmé l’information le 9 mai. Selon ce dernier, Rivaldo entrera officiellement en fonction le 9 juin, à l’occasion du jubilé que le Chabab de Mohammedia compte organiser au profit de son ancien joueur et ancien capitaine de la sélection nationale dans les années 1970, Ahmed Faras.

Mais en ce qui s’agit des détails financiers, il faudra sans doute courir pour les avoir. Car ce que l’on sait de Rivaldo, du moins le joueur, c’est une forte appétence en la matière, il est vrai égales à ses prestations sur le terrain. Faut-il rappeler qu’il a été, entre autres, champion du monde en 2002, vainqueur de la Ligue des champions en 2003 avec le Milan AC, en plus d’un Ballon d’or en 1999 qui était venu récompenser une saison où il avait remporté la Copa América et, pour la deuxième fois consécutive, le championnat d’Espagne avec le FC Barcelone? Mais les dix dernières années de sa carrière, le natif de Recife -le 19 avril 1972- les consacrera surtout, justement, à monnayer son talent, de la Grèce à l’Angola en passant par l’Ouzbékistan.

On peut imaginer, dès lors, que M. Aït Menna a dû passer à la caisse pour le faire venir à Mohammedia -ce qui ne serait pas surprenant: l’homme est, dit-on, bien pourvu. Ce dernier n’est, en effet, autre qu’un des héritiers du groupe Aït Menna, fondé dans les années 1950 par Mohamed Aït Menna, maçon originaire de la ville de Demnate, dans le Haut Atlas, qui, en quelques années seulement, deviendra, à Mohammedia, une des plus grandes fortunes du BTP du pays.

Au service de la ville
A la mort du père en septembre 2003, ce sont ses fils, dont Hicham, qui reprendront l’affaire familiale. Aujourd’hui, Hicham Aït Menna met son argent au service de la ville qui a tout donné à sa famille et où luimême a vu le jour en février 1971, et outre le Chabab de Mohammedia, le concerné finance un grand nombre d’oeuvres caritatives locales.

Les suiveurs de l’actualité judiciaire se souviennent sans doute, pour leur part, d’avoir vu son nom mêlé à l’affaire du détournement d’argent dans laquelle avait trempé l’ancien PDG de la Banque populaire, Abdellatif Laraki (la police avait parlé de plus de 30 millions de dirhams); cependant que la justice l’avait innocenté en juillet 2009.

Selon le bruit qui court, M. Aït Menna rêve grand pour le Chabab de Mohammedia, qui dès le début du mois d’avril avait validé son ticket pour la deuxième division, après des années à être empêtré dans les divisions amateures, sans rapport avec le passé prestigieux du club. L’arrivée de Rivaldo devrait ainsi être suivie par celle de nombreux joueurs de qualité, tel l’ailier international marocain Zakaria Hadraf, annoncé de façon insistante du côté du Stade El Bachir. De quoi permettre à Mohammedia de redevenir une place forte du football national.


Laisser un commentaire