Du désespoir à la mort

NOUVEAU DRAME DE L'ÉMIGRATION CLANDESTINE

Les corps de seize Marocains qui tentaient de gagner les côtes espagnoles ont été repêchés près de Casablanca après le naufrage de leur embarcation de fortune.

Ce samedi 28 septembre, c’est le branle-bas de combat sur la plage Nahla, au nord de Casablanca. Un nouveau drame vient de se produire au large des côtes atlantiques. Une embarcation de «haragas » vient de couler laissant les candidats à l’exil au milieu d’un océan déchainé. Très vite, les autorités se rendent sur place. Gendarmes, pompiers, secouristes unissent leurs efforts afin de trouver des survivants. Ce jour-là, sept corps sans vie sont repêchés, tous des Marocains, dont une femme. Trois rescapés, retrouvés inconscients, ont été transportés à l’hôpital Moulay Abdellah pour recevoir les soins nécessaires. Selon les premières données, «les corps de certains noyés ont été identifiés par leurs proches», précisent les autorités de la préfecture de Sidi Bernoussi, ajoutant qu’il s’agit des victimes de l’échouement d’une embarcation pneumatique au large de la côte de Mohammedia.

Contre vents et marées
Le lendemain, l’organisateur de cette opération est identifié par la police et arrêté à Mediouna. Deux de ses complices seront interpellés quelques heures plus tard par la Gendarmerie royale. Malheureusement, le bilan s’alourdit chaque jour, jusqu’à atteindre, mercredi 2 octobre 2019, 16 morts et 3 blessés. Les recherches se poursuivent afin de retrouver d’éventuelles victimes. Si le nombre de passagers présents sur l’embarcation au moment de son naufrage n’a pas encore été communiqué, l’association espagnole Caminando Fronteras affirme qu’au moins une trentaine de personnes sont encore recherchées.

La traversée entre le Maroc et l’Espagne est une des routes privilégiées par les migrants. Depuis le début de l’année, 29% des 67.000 migrants irréguliers arrivés en Europe ont débarqué en Espagne en provenance du Maroc, selon l’Institut d’études de politique internationale de Milan (ISPI). Les départs se font souvent depuis la côte méditerranéenne du nord du Royaume, à quelques dizaines de kilomètres du sud de l’Espagne.

Depuis janvier, plus de 15.000 migrants sont arrivés en Espagne par la mer, selon les autorités espagnoles. Ces arrivées sont toutefois en diminution: elles étaient au nombre de 27.000 sur la même période l’année dernière, d’après des chiffres de l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM). En réaction, l’Union européenne avait engagé, en 2018, 140 millions d’euros pour la gestion des migrations au Maroc. Si les candidats viennent le plus souvent de pays d’Afrique de l’Ouest, ces deux dernières années ont vu se multiplier les tentatives de départ de jeunes Marocains prêts à tout pour quitter le pays.


Laisser un commentaire

Merci de cocher cette case