L'entraide nationale au secours des SDF

Si le confinement imposé par l’état d’urgence sanitaire concerne, en premier lieu, les familles qui ont leur chez soi, les SDF (sans domicile fixe) demeurent, sans aucun doute, une population vulnérable qu’il faut absolument protéger pour limiter la propagation du virus. Une solution semble être trouvée par le gouvernement bien qu’elle soit encore insuffisante.

Ainsi, le ministère de la solidarité en charge du développement social et de la famille annonce le lancement d’une initiative d’hébergement touchant plusieurs villes grandes villes. Parmi elles, Casablanca, Rabat, Kénitra, Tanger, Oujda et Agadir. Dans le concret, des actions sont menées pour placer les sans-abris dans des espaces et des centres d’hébergement. Pour la ministre en charge de ce département, Jamila El Moussali, cette démarche s’inscrit dans le cadre des efforts d’assistance sociale déployés par l’Entraide nationale en coordination avec les autorités locales, collectivités territoriales et société civile. Mais les chiffres avancés par la ministre sont dérisoires.

Une centaine seulement de personnes en situation de rue sont jusqu’à aujourd’hui hébergées. Au Maroc, les sans-abris se comptent à plus de 150 000, selon les derniers chiffres officiels avancés par le haut commissariat au plan. Un chiffre difficilement gérable pour un pays où les structures et les centres d’accueil font terriblement défaut. La ville de Laayoune semble plutôt s’en sortir avec le lancement d’une vaste opération de relogement des SDF dans des centres d’accueil et institutions de protection sociale.

Ainsi, des dizaines de sans-abris ont été évacués vers un centre d’hébergement du quartier 84 à l’Est de Laâyoune, où ils ont pu bénéficier de denrées alimentaires, de vêtements et d’articles d’hygiène, en plus des examens médicaux nécessaires. Si les SDF marocains sont pris en charge avec les moyens du bord, les subsahariens semblent livrés à eux-mêmes. Dans les rues de Casablanca, ils mendient toujours au feux rouges. Parmi eux, des femmes portant des bébés. Un spectacle ahurissant dans une situation d’état d’urgence sanitaire censée s’appliquer à tout le monde sans exception pour empêcher la propagation du Coronavirus


Laisser un commentaire

Merci de cocher cette case