Immo GCAM 1000x90

Exposition photographique d’Achraf Baznani à la galerie 127, à Marrakech

Exposition-Achraf-Baznani


Du 25 août au 15 octobre 2015,  la galerie 127 de Marrakech  organisera une exposition  du photographe marocain Achraf  Baznani. Un solo show où l’artiste  donne à voir des oeuvres surréalistes  qui étonnent par leur mise en scène  et par le travail de recherche et de  composition qui a présidé à leur  confection.  Devant les oeuvres époustouflantes  d’Achraf, le spectateur est pris par  un mélange d’admiration et de  stupéfaction. Il se retrouve face à un  univers propre à l’artiste. Un monde où les dimensions n’ont plus  la même valeur.


Elles sont revisitées et soumises à la volonté du  créateur. Face à une photo, ce sont plusieurs plans qui s’offrent  à notre regard. Les images s’imbriquent les unes dans les autres  pour créer des scènes à l’esthétique exceptionnelle. C’est donc à  hauteur d’enfance qu’Achraf Baznani nous invite à rentrer dans son  “small world”. Rendu célèbre par les réseaux sociaux où ses oeuvres  récoltent l’admiration des centaines de milliers de “followers”,  Achraf Baznani a réussi à se créer un nom dans l’univers des arts  contemporains.


Né en 1979, il découvre la photographie grâce à un vieil appareil laissé par un oncle  photographe amateur dans la maison  de son grand-père, à Marrakech. En  le manipulant pour en découvrir les  fonctionnalités, il chope l’amour  de la photographie et tombe sous  le charme de cet objet magnifique  qui lui permet de réaliser de belles  choses. A l’âge de 14 ans, l’artiste  en herbe a déjà un appareil Ektra  250, rien que pour lui. La curiosité de  Achraf va au-delà de la photographie.  Il s’essaie au dessin et ne tarde pas à  travailler pour le compte de journaux  politiques en tant que caricaturiste.


Mais la photographie et le dessin n’étaient pas pour assouvir sa soif  d’apprendre et d’aller toujours à la recherche du nouveau. Il prend  sa caméra et commence à réaliser des courts métrages. Le jeune  artiste se fait une notoriété nationale en gagnant avec son premier  film, “Marche”, le 1er prix au festival international du court métrage  éducatif à Casablanca, en 2006. Il en réalise 2, et 3 puis 4 et remporte  une succession de prix. Aujourd’hui, les oeuvres de ce magicien de  l’image ne laissent personne indifférent par la finesse et la splendeur  qui s’en dégagent.


Laisser un commentaire