Facebook refuse de rémunérer la presse française

Le réseau social "Facebook" a fait part de son refus de rémunérer les éditeurs de la presse française pour les articles partagés par ses plus de 2 milliards d'utilisateurs, au lendemain de l'entrée en vigueur d'une loi sur les droits voisins du droit d'auteur, rapporte mardi la presse de l'hexagone.

La position de Facebook rejoint celle exprimée quelques jours auparavant par Google qui a refusé lui aussi de payer la presse française pour les extraits d'articles apparaissant dans ses résultats de recherche et son service Actualités.

La loi du 24 juillet -transposition de la directive européenne sur le droit d'auteur et les droits voisins- entrée en vigueur jeudi, vise à permettre un meilleur partage des revenus du numérique entre les GAFA, qui captent l'essentiel des recettes publicitaires en ligne, et les producteurs d'information.

Pour se mettre en conformité avec cette loi, Facebook doit désormais demander "l'autorisation des éditeurs de presse pour afficher sur ses plates-formes en ligne, dans un format enrichi, les liens vers leurs contenus. En cas de refus, les contenus seront affichés sous une forme dégradée (un simple lien et un titre).

Dans leur réaction à cette position les éditeurs de presse français ont dénoncé dans un communiqué "l'attitude de Facebook", qui préfère "dégrader l'affichage des articles" plutôt "que d'engager des négociations loyales sur la rémunération des droits voisins".


Laisser un commentaire

Merci de cocher cette case