Festival des musiques sacrées du monde: une 22è édition en hommage aux "femmes fondatrices"


La 22ème édition du Festival de Fès des musiques sacrées du monde sera organisée du 6 au 14 mai avec un hommage spécial dédié aux "Femmes fondatrices", qui ont toujours marqué de leurs empreintes l'Histoire du Royaume.

Cette édition, organisée sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI, sera l'occasion pour rendre hommage à ces femmes bâtisseuses à travers une création originale et des artistes venus de plusieurs pays, notamment les Marocaines Samira Said et Hindi Zahra, l'Iranienne Sahar Mohammadi, l'Irakienne Farida Muhammad Ali, la Malienne Oumou Sangaré ou encore la Réunionnaise Christine Salem et la Brésilienne Virginia Rodrigues.

Expliquant le choix de cette thématique, Abderrafih Zouitene, président de la Fondation Esprit de Fès, organisatrice du Festival, a souligné que l'histoire contemporaine du Maroc a été marquée par la continuité du rôle déterminant de la femme dans la vie du pays avec un événement majeur : le Code de la famille institué par le discours Royal du 10 octobre 2003 qui met le Maroc à l'avant-garde des pays arabes et musulmans.

Dans une note de présentation, il a ajouté que les femmes au Maroc ont toujours joué un rôle primordial dans le progrès du Royaume, rappelant le rôle symbolique de Kenza El Awrabiya, l'épouse de Moulay Idriss à l'origine d'une unification et d'une fusion entre la base amazighe et arabo-musulmane qui a constitué le socle de l'identité marocaine.

Outre l'épouse de Moulay Ismaël, Khnata Bent Bakkar qui occupait le poste de ministre et secrétaire personnelle de ce sultan, les femmes marocaines ont été, durant la période de la lutte pour l'indépendance, des résistantes et ont lutté pour l'indépendance du Maroc au même titre que les hommes, a expliqué Zouiten.

Pour Alain Weber, directeur artistique Festival, le programme proposé pour cette édition se veut le reflet des différentes facettes du monde féminin au cœur de la musique et des arts dans la mesure où chacune des invitées se fait l'écho de la notion de savoir symbolisée par Fatima El Fihriya, autrement nommée Oum El Banine, à l'origine de la construction de la mosquée et de l'université Al-Qaraouiyine de Fès.

Venues du monde arabe, de l'Asie lointaine, du Brésil, de l'Afrique, du continent indien, de l'Europe et bien sûr du Maroc, "ces femmes forment les grains d'un chapelet qui, pour reprendre le sens du chapelet (selsela) dans le soufisme, figure la transmission, aujourd'hui gage de renouveau et pôle de résistance contre une globalisation désincarnée".

Cette édition s'annonce riche en créations comme en témoigne le spectacle d'ouverture, un ciel plein d'étoiles, qui se veut un hommage exceptionnel aux femmes mythiques de l'Orient et du Maroc dont les histoires seront contées par Shéhérazade.


Laisser un commentaire