La folle équipée du Raja de Casablanca


COUPE DE LA CONFÉDÉRATION DE LA CAF


Ce lundi 3 décembre 2018, ce fut un retour triomphal pour les joueurs et le staff du Raja Casablanca à l’aéroport Mohammed V après sa victoire en Coupe de la Confédération africaine de footbal face aux Congolais de l’AS Vita Club de Kinshasa (3-0, 1-3). Retour sur la semaine des Aigles verts.

Ils l’ont encore fait. Le Raja de Casablanca a remporté, dimanche 2 décembre 2018, une seconde Coupe de la Confédération africaine de football (CAF) après 15 années d’abstinance sur le plan continental. Bien sûr, il y eut cette finale de la Coupe du monde des clubs 2013 contre le grand Bayern Munich, perdue logiquement après des performances de hautes volées notamment face à l’Atlético Mineiro du Ballon d’Or 2005, Ronaldinho. Mais cette Coupe représente bien plus qu’une finale du Mondialito et les fans rajaouis l’ont bien compris. Le trophée est bien casablancais et rajaoui.

Ils étaient, lundi 3 décembre 2018, plus d’un millier de supporters, hommes, femmes et enfants à attendre impatiemment leurs champions à l’aéroport Mohammed V, drapés de maillots verts et de drapeaux aux couleurs du Maroc, dans l’espoir d’apercevoir la bande à Badr Benoun. «C’est une manière pour nous de dire merci aux joueurs et leur montrer que nous sommes toujours derrière eux», explique Marouane, qui a fait le déplacement depuis Sidi Bernoussi avec son frère. Pour tromper l’attente, ils ont entonné les chants qui font vibrer la célèbre curva Magana, histoire de chauffer l’ambiance. A l’arrivée des joueurs, c’est une explosion de joie qui a parcouru le hall du Terminal 1 et les «Rima Raja» se sont fait entendre devant des voyageurs souvent médusés.

Scènes de liesse
A peine les pieds posés sur le sol marocain, une horde de journalistes est venue à la rencontre des joueurs, heureux de pouvoir compter sur le soutien de leurs supporters après une double confrontation à deux visages. «Le match était très difficile, surtout après la blessure de Abdelilah Hafidi, puis nous avons encaissé trois buts. Nous avons cependant réussi à suivre le rythme de la rencontre et avons remporté le titre continental», a déclaré devant la presse Mohamed Douik, jeune milieu de terrain formé au club. Salah Eddine Bahi a d’abord eu une pensée pour sa famille et les fans rajaouis avant de remercier ses coéquipiers «pour les efforts dont ils ont fait preuve depuis le début de cette compétition». A l’issue de cette réception improvisée, joueurs et staff se sont difficilement frayés un chemin jusqu’à leur bus au milieu d’une foule hystérique. Sur le trajet qui devait les emmener jusqu’aux installations du club au quartier L’Oasis, d’innombrables supporters se sont massés sur le bord de la route, des dizaines voitures arborant le fameux aigle vert ont même tenté une course-poursuite pour se faire remarquer des joueurs et rendre hommage aux champions.

Mais ces scènes de liesse auraient pu ne jamais apparaître. Combien de supporters rajaouis ont ressenti subitement leur estomac se nouer à la 75ème minute du match retour lorsque Mateta est venu planter le troisième but de l’AS Vita Club? Les joueurs de Kinshasa étaient alors ultra dominateurs et enchaînaient les occasions devant la cage d’Anas Zniti. A ce moment-là, le Raja était au bord du gouffre. «Le soutien des supporters présents dans le stade des Martyrs, à Kinshasa, nous a permis de garder la tête froide et de gérer la fin de match», s’est réjoui Anas Zniti après 45 minutes difficiles. Le Raja n’a dû son salut qu’à sa large victoire 3-0 au match aller à Casablanca, mais surtout au but marqué par Abdelilah El Hafidi à Kinchasa.

A l’issue de la rencontre, S.M. Mohammed VI s’est entretenu au téléphone avec le président du club, Jawad Ziyat, l’entraîneur de l’équipe, Juan Carlos Garrido, et le capitaine, Badr Benoun, leur exprimant ses vives félicitations pour ce sacre ayant couronné un brillant parcours. Le Souverain leur a demandé de transmettre ses félicitations aux joueurs, au staff et aux supporters de l’équipe du Raja pour cet important triomphe, motif de fierté pour l’ensemble du public sportif et tout le peuple marocain.

Hommage aux champions
A Casablanca, comme dans plusieurs villes du Royaume ainsi qu’à l’étranger, des «Dima Dima Raja!» résonnaient de la joie intense des centaines de milliers de supporters rajaouis descendus dans la rue pour fêter comme il se doit le sacre de leur équipe favorite.

Une marée humaine verte a déferlé sur la corniche de Aïn Diab dans un vacarme incessant des coups de klaxon, des fumigènes ainsi que des chants à la gloire des joueurs et du club. Vélos, cyclomoteurs, motos, voitures, taxis, ou simples supporters à pied ont salué le renouveau de leur club après des années de vaches maigres. «Voir autant de monde se réunir dans la rue comme ça pour célébrer la victoire est quelque chose de fou», s’enthousiasme un jeune supporter.

La victoire des Aigles Verts confirme le come-back des clubs marocains sous les feux des projecteurs en Afrique, puisque le Wydad, l’autre mastodonte de la ville, a remporté, l’année dernière, la prestigieuse Ligue des Champions.

Laisser un commentaire