GCAM: Un soutien croissant et déterminant au monde rural

Plusieurs conventions stratégiques ont été signées par le président de directoire du groupe Crédit Agricole, Tariq Sijilmassi, avec des institutions internationales de premier plan. Le but de ces conventions traduit le souci et la volonté qui animent constamment le groupe bancaire pour apporter des réponses et des solutions aux problèmes financiers des agriculteurs.

Le groupe Crédit Agricole du Maroc est certainement l’une des institutions financières les plus dynamiques de l’économie nationale ou encore les plus engagées pour l’agriculture marocaine. Mais pas seulement.
Elle est aussi l’une des plus intégrées dans son environnement national et international. Ainsi, au deuxième jour de l’ouverture du SIAM 2019, mercredi 17 avril 2019, le président de directoire, Tariq Sijilmassi, a signé une série de conventions parmi les plus stratégiques pour le monde agricole. L’une des plus importantes a été celle signée avec la prestigieuse Agence française pour le développement (AFD) en mettent en place un protocole d’accord relatif à la mise en place d’une ligne de crédit de 50 millions d’euros destinée au financement des projets agricoles à forte composante de développement durable. Tariq Sijilmassi a signé ce protocole d’accord avec son homologue de l’AFD, Mihoub Mezouaghi.

Un partenariat solide
Parce que le Crédit Agricole se soucie énormément de la problématique de financement qui pénalise souvent les projets agricoles, ce protocole d’accord est exclusivement destiné à financer les projets agricoles et agroalimentaires ayant une dimension liée au développement durable et à la protection des ressources naturelles. L’objectif principal est de soutenir la politique du Crédit Agricole en matière de financement des investissements durables dans divers domaines, tels que l’économie d’eau d’irrigation, la lutte contre la dégradation des sols, l’agriculture biologique, l’agroforesterie, l’utilisation des énergies renouvelables, l’efficacité énergétique et le traitement des déchets.

Cette ligne de crédit conclue avec l’une des banques de crédit les plus influentes dans les pays du monde arabe est associée à une assistance technique dédiée à la fois au Crédit Agricole pour une meilleure structuration de son offre écologique qu’aux unités clientes du CAM bénéficiaires de la ligne de crédit en question pour soutenir leur croissance et leur plan de développement durables. L’assistance technique sera gérée par le Centre d’études et recherches du Crédit Agricole du Maroc, considéré comme l’un des centres les plus importants dans le système financier et bancaire national.

Il faut dire que ce protocole d’accord conclu avec l’AFD représente la 4ème ligne de crédit entre les deux institutions, après trois lignes précédentes qui sont respectivement de 20, 20 et 60 millions d’euros. Cela témoigne certainement d’un partenariat solide et performant ayant permis également d’appuyer le Crédit Agricole dans des projets de renforcement des capacités techniques et de gestion de la population cible, en particulier les petites et moyennes exploitations et coopératives agricoles ainsi que des TPE rurales commerciales, industrielles et de services.

Éducation financière
Autre convention importante et non des moindres: celle signée avec le groupe suisse Nestlé. Comme la Suisse est le pays d’honneur pour cette année, les entreprises suisses sont fortement représentées lors de ce rendez-vous agricole international. La convention conclue entre le groupe Crédit Agricole et le groupe Nestlé a pour vocation première de participer à l’éducation financière des agriculteurs dans le secteur laitier.

Il s’agit ainsi pour le Crédit Agricole du Maroc de mettre en place un véritable programme de formation qui vise à faire bénéficier les éleveurs-producteurs de lait d’une sensibilisation aux notions et outils de gestion élémentaires les aidant à améliorer leur rendement et, de ce fait, leurs conditions de vie. Assurée par le Centre d’études et de recherches du groupe Crédit Agricole, cette formation singulière et consistante ciblera plus de 12.000 producteurs de lait regroupés au sein de 123 coopératives et se déroulera sur trois ans.

L’importance des chiffres
Cette formation couvrira deux volets importants. Le premier a trait à l’éducation financière de base, qui permettra aux bénéficiaires d’intégrer les notions nécessaires à une meilleure gestion de leurs revenus grâce à des thématiques diverses comme l’élaboration d’un budget, l’initiation à l’épargne ou encore le recours au crédit afin de démystifier le secteur bancaire et de leur en faciliter l’accès.

L’objectif sous-jacent recherché est de sensibiliser les bénéficiaires à l’importance des chiffres et de l’analyse financière dans une exploitation agricole ou un ménage rural et de leur impact sur l’amélioration de la rentabilité. Quant au deuxième volet, il s’agit d’une formation orientée vers les outils de gestion de l’élevage laitier qui leur permettra d’acquérir les connaissances et les pratiques nécessaires à l’amélioration de leur productivité.

A ces deux conventions vont s’ajouter certainement d’autres partenariats stratégiques dans le seul et unique but d’être au service des agriculteurs.
 


Laisser un commentaire

Merci de cocher cette case