La guerre entre le PJD et le RNI s'enflamme


Abderrazzak Zraidi

Le communiqué du secrétariat général du PJD de samedi dernier a suscité la réaction des cadres d RNI le considérant comme une fuite en avant.

Alors que Khalid Boukarii, cadre du PJD n’a pas manqué de s’en prendre aux ministres RNI et à leur parti lors d’une rencontre de la jeunesse PJD, la réplique RNI ne s’est pas faite attendre. Samedi 6 juillet dans la soirée, Abderrazzak Zraidi, dirigeant du parti de la Colombe, à Casablanca, membre du corps des ingénieurs RNI a fait un procès en règle contre la direction du PJD et sa gestion des affaires publiques. Prenant pour prétexte le long communiqué du secrétariat général du PJD à l’issue de sa réunion de samedi, M. Zraidi s’est dit étonné de lire un document où il n’y a rien de concret, aucun chiffre des réalisations ou des projets à venir de la part du parti dirigeant la majorité gouvernementale.

« Les citoyens attendent des postes d’emploi, des chantiers d’infrastructures de base, une mise à niveau des secteurs de la santé publique et la mise en œuvre de la charte de l’enseignement. Les Marocains attendent que le déficit budgétaire et celui de la balance commerciale soient mieux maîtrisé, des investissements nationaux et étrangers à la hausse. Pas un discours politicien dont le seul objectif est de maquiller l’échec du projet PJD… », dit-il dans une déclaration à Maroc Hebdo.

M. Zraidi par ailleurs membre de l’association des dirigeants, constate que les hommes d’affaires n’ont pas de visibilité et cela est préjudiciable au pays et à n’accélère pas son développement.
« Les seuls grands projets que nous avons vus ces derniers temps sont le nouveau port Tanger Med II et l’usine PSA à Kénitra et ce sont des projets royaux, le gouvernement PJD n’a rien fait pour leur concrétisation… »

Pour le cadre RNI, le PJD doit se rendre à l’évidence : son projet d’islamisation de la société n’a pas pris. Son mode de gouvernance basé sur un discours religieux n’a pas pris non plus. Au lieu de s’entêter à jeter la responsabilité de son échec sur les autres, le RNI ou je ne sais qui encore, il doit voir la réalité en face et reconnaître son erreur et son échec.

 


Laisser un commentaire