Le homeschooling, la nouvelle mode chez les parents

MODELER L’APPRENTISSAGE À SON GOÛT

De plus en plus de parents optent pour le homescooling, littéralement l’école à la maison. Déscolariser ses enfants: à quel prix, pourquoi et comment?

Houda est une mère de famille de trois enfants et jusqu’à l’été dernier, ses trois garçons de 17, 14 et 13 ans étaient tous scolarisés au Lycée Lyautey de Casablanca. Lassée par la distance, les différents emplois du temps et la fatigues de ses progénitures, cette maman active a pris une décision radicale: l’école à domicile. Aujourd’hui, ils ne vont plus à l’école et suivent désormais les cours depuis le salon de leur maison de Bouskoura. «J’ai cherché des informations sur les alternatives possibles et j’ai été surprise d’apprendre qu’il existe une alternative officielle et bien structurée avec le CNED», nous explique Houda.

En effet, le CNED, ou Centre national d’enseignement à distance, est un organisme français de service public accessible à tous ceux qui le souhaitent quels que soient leur âge, leur situation et même leur nationalité. «Un de mes fils est un grand sportif et ce système lui convient mieux», explique Houda. En effet, tout est mis en oeuvre pour s’adapter au rythme de l’enfant, la règle de ce système étant que rien n’est obligatoire. Le programme est donc adapté et ajusté en fonction de la progression de l’enfant. «Au début de l’année, il sera amené à venir au centre tous les jours à raison de 3 à 4 heures par jour. Puis une fois l’enfant autonome, il ne viendra plus que 2 à 3 fois par semaine». En somme, résume Ismail Boukili, fondateur de Bookmania, centre d’accompagnement scolaire basé à Casablanca: «un pilotage intelligent et sans aucune obligation.»

Au Maroc, le homeschooling a le vent en poupe du côté des expatriés. Les Marocains, eux, n’envisagent que très frileusement de déscolariser leurs enfants. Ismail Boukili le confirme en nous expliquant que le principal frein au homeschooling au Maroc est la question du diplôme. Qu’advient-il après, une fois que l’enfant doit poursuivre des études supérieures? C’est la crainte persistante des parents pour qui ce «bout de papier» représente encore et toujours un précieux sésame.

Des avantages considérables
Pourtant, le homeschooling a cet avantage de pouvoir inscrire les enfants dans des formations scolaires étrangères sans risquer d’être recalé en raison d’une nationalité étrangère ou de devoir passer une batterie de tests. Les admissions se font sur dossier et évaluation du niveau de l’enfant. Côté prix, le CNED propose des tarifs beaucoup plus avantageux que la Mission française au Maroc. Pour des cours de niveau cycles élémentaires au collège, il faut en effet compter moins de 500 euros, contre près de 50.000 dirhams pour une inscription en Mission française au Maroc.

Des prix ultra attractifs qui le sont toutefois beaucoup moins quand les parents ne souhaitent pas s’improviser professeurs et préfèrent confier cette tâche à un organisme comme Bookmania ou à un professeur particulier. Dans le cas échéant, aux frais de formation à distance, il faut alors ajouter les frais d’encadrement scolaire. La scolarité de l’enfant coûtera alors jusqu’à 50.000 dirhams par an pour une formation CNED couplée à un encadrement scolaire et atteindra jusqu’à 150.000 dirhams par an dans le cas d’une formation américaine, beaucoup plus chère que la française.


Laisser un commentaire