Interview de Sion Assidon, fondateur du mouvement BDS Maroc

Sion Assidon, fondateur du mouvement BDS Maroc Sion Assidon, fondateur du mouvement BDS Maroc

Maroc Hebdo: Vous avez participé  à un sit-in au port de Casablanca  pour demander l’expulsion de la  société israélienne de transport  ZIM. Pourquoi cette société?
Sion Assidon:
Il s’agit d’une  société qui est un des piliers de  l’Etat d’Israël, au même titre que  l’Agence Juive, le syndicat Histadrout,  ou même l’armée. Même  si elle est aujourd’hui privée, cette  société a joué un rôle très important  dans la création et continue à  jouer ce rôle dans la pérennité de  l’entreprise coloniale qu’est l’Etat  d’Israël.


Créée avant même la création de  l’Etat (1945), elle a été le transporteur  d’armes et de colons dès  le départ. C’est ainsi qu’elle a participé  activement à la Nakba, qui  a abouti à l’expulsion de 700.000  Palestiniens, inaugurant ainsi à  grande échelle le crime de guerre  d’épuration ethnique qui se poursuit  jusqu’à aujourd’hui. Sur son  site internet, cette société se vante  d’avoir à chaque guerre (1956,  1967, 1973, 1982… et jusqu’à 2006,  2008 et 2014) été le pourvoyeur  d’armes et de munitions.


Et jusqu’aux années 70, dans la  situation de total isolement géographique  de l’Etat d’Israël, et  avant que les transports aériens  ne deviennent un des moyens  logistiques de cet Etat, elle a été le  poumon qui a assuré les échanges  de marchandises et l’afflux des  colons.


Jusqu’à aujourd’hui, le transport  de toutes les marchandises qui  sortent et qui rentrent en Israël et qui ne peuvent être acheminées  par voie aérienne passent principalement  par la ZIM. Y compris  avec le Maroc, puisqu’elle assure  une liaison régulière Haifa/Casablanca,  qui permet l’importation  au Maroc des produits lourds.  Devenue une des grandes compagnies  maritimes à l’échelon  international, elle utilise le port de  Tanger Med comme un hub pour  les marchandises qui transitent  d’une voie maritime à une autre.


Depuis quand cette société est  présente au Maroc?
Sion Assidon:
Au Maroc la société  marocaine ZIMAG, créée en 1984  et enregistrée au registre de  commerce de Casablanca sous  le n°44927, et dirigée par un certain  Fouad Filali, se présente ellemême  comme le représentant  commercial de la société ZIM. Sur  site électronique international de  la société ZIM, on pouvait encore  trouver, jusqu’au déclenchement  de notre campagne en 2014, la  page annonçant que ZIMAG représente  ZIM.


ZIM a fait depuis disparaître cette  page de son site. C’est ainsi cette  société, ZIMAG, qui assure tout le  travail d’intermédiation entre les  importateurs marocains de produits  israéliens et la société ZIM,  qui les transporte.


Mais, sur son site Internet, la  société ZIM a effacé toute information  retraçant une présence  de ses activités au Maroc.
Sion Assidon:
Pas du tout, si, effectivement  la page de la société  ZIMAG a disparu, on peut continuer  à trouver le calendrier des  programmes des bateaux qui  assurent la liaison entre Casablanca  ou Tanger et Haifa.
Elle a effacé les informations  concernant sa représentation par  ZIMAG après avoir subi une forte  pression du fait du début de notre  campagne. L’objectif de notre campagne n’étant pas de laisser  ZIM sauver les apparences mais  bien de la chasser, nous n’allons  pas baisser les bras. Nous continuerons  à exercer cette pression  jusqu’à obtenir le départ effectif  de cette société.


Le gouvernement Benkirane  avait promis de procéder à la  fermeture de cette société. Selon  vous, a-t-il failli à son engagement?
Sion Assidon:
Le gouvernement  n’a jamais promis de fermer cette  société. En revanche, il s’était  engagé à examiner son dossier.  Mais jusqu’à aujourd’hui, aucune  mesure n’a été prise contre elle.  J’espère que le gouvernement  marocain se penchera sérieusement  sur son cas.


Avez-vous une idée précise sur  l’ampleur du commerce qu’elle  réalise au Maroc?
Sion Assidon:
ZIM travaille avec un  certain nombre de sociétés marocaines  pour lesquelles elle réalise  principalement le transport de  matières premières pondéreuses.  Lorsqu’on consulte les statistiques  du commerce israélien, on s’aperçoit  que les matières pondéreuses  (engrais, produits chimiques,  matières plastiques, moyens d’irrigation,…)  représentent une bonne  part de ce commerce.


Seulement, il n’y a pas que ZIM  qui reflète une présence économique  israélienne au Maroc.  D’autres sociétés israéliennes  font du commerce avec notre  pays.
Sion Assidon:
Oui il y en a plusieurs.  Mais, de notre point de  vue, ZIM tient toute son importance  de son rôle logistique. En  plus, elle a bien une présence physique  au Maroc, ce qui pour nous  a un caractère symbolique très  important.


Pour les autres sociétés israéliennes  présentes au Maroc,  dont certaines ont leur siège à  Al Qods et d’autres en Cisjordanie,  ce qui nous préoccupe c’est  que l’accès aux marchés publics,  autrement dit les marchés financés  par l’argent provenant de la  contribution des citoyens, il n’y a  aucune disposition réglementaire  qui l’empêche...


Laisser un commentaire

Merci de cocher cette case