Immo GCAM 1000x90

Les jours de Benchammass sont comptés

Le PAM avance son prochain congrès à l'été

Le moins que l’on puisse dire est que l’ambiance n’est pas vraiment à l’accalmie au Parti authenticité et modernité (PAM). A vrai dire, les dissensions y sont telles que trois de ses anciens secrétaires généraux, à savoir Hassan Benaddi, Mohamed Cheikh Biadillah et Mustapha Bakkoury, ainsi que Mohamed Benhammou et Ali Belhaj, tous deux partie prenante du Mouvement de tous les démocrates (MTD) ayant préludé à la formation, en juillet 2008, du parti, ont dû prendre sur eux de se fendre le 18 avril 2019, sous la forme d’une lettre conjointe, d’un rappel à l’ordre adressé à tous. En même temps, d’aucuns espéraient que le conseil national qui s’est tenu ce 5 mai au palais des congrès de Salé allait permettre d’aplanir la situation.

Les militants auraient, ainsi, pu accorder leurs violons et par là même permettre d’entamer les prochains virages électoraux, à commencer par les législatives prévues en 2021, dans les meilleures conditions. Finalement, il n’en a rien été, ou presque, si l’on excepte les déclarations d’intention des uns et des autres. La présidente du conseil national, Fatima Zahra Mansouri, a même brillé par son absence, et ceci a d’ailleurs provoqué un moment de gêne au moment où Abdelmoutaleb Amiar s’est présenté à sa place pour présenter l’événement.

De son côté, le secrétaire général du PAM, Hakim Benchammass, a continué d’essuyer les critiques, et on l’imagine mal, dans le présent contexte, rester aux commandes au-delà du prochain congrès. Justement, ce congrès a été avancé à l’été prochain au lieu de début 2020, afin d’expédier aussi rapidement que possible les problématiques internes et pouvoir se concentrer sur l’essentiel.

Mais en l’état, il est permis de douter de la viabilité du parti, surtout que nombreux de ses cadres ont mis les voiles pour rallier d’autres formations de la place telles bien sûr le Rassemblement national des indépendants (RNI) ou encore le Parti de l’Istiqlal (PI). Ces dernières semblent, ainsi, mieux outillées pour réaliser l’objectif original du PAM, qui était celui d’évincer les islamistes du Parti de la justice et du développement (PJD) du paysage politique par des voies électorales. Toutefois, sait-on jamais?, le prochain congrès pourrait bien changer la donne pour le parti...


Laisser un commentaire