L'Afrique attire les entreprises marocaines de l’électricité

electricite-maroc


Le fameux programme  d’électrification rural (PERG)  touche à sa fin. Lancé il y a 15  ans dans l’objectif de raccorder au  réseau électrique national les régions  rurales les plus reculées et enclavées,  ce programme a été mené à 96% par  des entreprises marocaines. Celles-ci  ont d’ailleurs construit leur réputation  et leur expertise sur la mise en oeuvre  de ce programme dont le donneur  d’ordre n’est autre que l’Office  national de l’eau et de l’électricité  (ONEE).


Durant cette période, le nombre des  entreprises du secteur a plus que  doublé et leurs compétences ont été  renforcées. Mais voilà que le PERG  touche à sa fin. Il est achevé à 99% en  cette année 2015. Quels relais? C’est  la question qui accapare l’attention  de la profession. Si certaines  grandes entreprises ont déjà pénétré  timidement sur le marché africain,  d’autres n’ont pas encore réussi cette  percée.


L’offre marocaine
Elles ont besoin que les donneurs  d’ordre africains aient une idée sur leur  savoir-faire, leurs produits et services.  Comment? la Fédération marocaine  de l’électricité (Femadel), créée en  mai 2014 par les professionnels du  secteur, a saisi l’enjeu et a organisé,  en partenariat avec l’agence  Urbacom, les 16 et 17 septembre  2015, le premier salon Electritec,  dédié au secteur et aux technologies  de l’électricité. La Femadel représente  un secteur qui emploie aujourd’hui  environ 25 mille personnes et réalise un chiffre d’affaires dépassant  les 15 milliards de dirhams. Une  centaine d’exposants de 15 pays  étrangers y ont participé, dont  la plupart viennent de l’Afrique  subsaharienne.


La notoriété des  entreprises exposantes, la qualité de  leurs stands et les innovations liées  aux produits exhibés, ont apporté  une garantie au succès de cette  manifestation. «Le salon Electritec a  offert des opportunités de partenariat  et d’affaires pour les entreprises  marocaines du secteur, notamment  avec les donneurs d’ordre africains  (Togo, Burkina Faso, Sénégal…). Une  importante délégation sénégalaise  est venue consulter l’offre marocaine  (…) C’est autant d’opportunités à  saisir. Le savoir-faire et l’expertise  marocains sont prisés en Afrique»,  déclare Reda Sekkat, DG de Ingelec  et président de la Femadel.


Les rencontres B-to-B vont renforcer  le business avec le continent africain,  dont les besoins en infrastructures  électriques sont énormes.  Par ailleurs, la Femadel a signé  une convention avec l’ONEE pour  la mise à niveau des électriciens du  Maroc à travers des programmes de  formation. Elle a également signé des  conventions de partenariat dans ce  sens avec l’Ecole nationale supérieure  d’électricité et de mécanique  (ENSEM) et l’Association des artisans  électriciens. Et avec l’Association  marocaine des exportateurs (ASMEX)  pour exporter le produit Made in  Morocco.


Laisser un commentaire