LAFTIT–HAMMOUCHI, UN DUO DE CHOC !

La lutte médicale et sanitaire contre la pandémie du coronavirus a détourné l’attention et volé la vedette à son volet sécuritaire, aussi stratégique soit-il. Comment peut-on omettre son rôle dans le respect des règles de confinement sans lesquelles les dispositions sanitaires s’avèreront sans succès ? Près d’une semaine après que le gouvernement ait décrété l’état d’urgence sanitaire dans le pays, le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit et le directeur général de la sûreté nationale, Abdellatif Hammouchi, ont déployé, avec l’aide des forces auxiliaires et des éléments et chars blindés des forces armées, un dispositif sécuritaire qui sillonne les quartiers et les artères des villes du royaume.

Généralement, la fermeté et la rigueur avec laquelle ce dispositif fait respecter les dispositions du décret-loi régissant l’état d’urgence sanitaire a eu son effet dissuasif sur les plus récalcitrants et les ‘’faux téméraires’’ qui enfreignent la loi, exposant leur vie et celles des autres au danger de mort. Mais pas seulement ! Les forces de l’ordre, dont la bravoure et l’abnégation sont exemplaires et salutaires, ont réussi une autre prouesse.

Celle de maîtriser les délinquants et les hors-la-loi qui semaient la terreur dans les grandes cités du royaume. Jamais la ville de Casablanca, pour ne citer que l’exemple de la capitale, n’a été aussi sécurisée que par ces temps de crise. La présence policière est marquante et rassurante. C’est dire aussi que ce ne sont pas les moyens ou les éléments qui manquent pour sécuriser nos villes, mais plutôt la volonté.

Décidément, quand on veut, on peut ! L’état d’urgence sanitaire prendra fin prochainement. Et notre pays n’en sortira que plus fort, plus soudé, grâce aux efforts conjugués des corps médical, infirmier, scientifique, sécuritaire, médiatique... Pourvu qu’en période normale, la sécurité soit une priorité comme elle l’est en cette période de crise sanitaire.


Laisser un commentaire

Merci de cocher cette case