Le petit Syrien qui a fait pleurer le monde

noyade-enfant-syrie

Ce n’est ni un militaire ni même un adulte, le petit bout de chou naufragé sur la plage turque de Bodrum n’est qu’un petit chérubin d’à peine 3 ans que la mer a vomi avec un paquet d’autres individus. La photo de ce petit enfant en tee-shirt rouge et petite culotte bleue, le visage enfoui dans le sable, le corps recroquevillé, comme pour se protéger de la bêtise humaine sans pouvoir en être épargné, ne peut laisser indifférent. Il s’appelait Aylan Kurdi et n’avait pas de projet destructeur et ne constituait une menace pour personne.

Il tentait juste de rejoindre l’île grecque de Kos, probablement avec les membres de sa famille, à bord d’une embarcation de migrants, avant d’échouer sur une plage turque. Pour lui et son frère Galip, 5 ans, le voyage est terminé. Une fin tragique et précipitée qui aurait pu être évitée si les pays de l’Union européenne manifestaient plus de volonté à venir au secours de cette
nation meurtrie par la guerre.
A défaut d’une politique migratoire de cette «Union» qui n’arrive pas à se mettre d’accord sur une action commune, l’hémorragie continuera et des victimes innocentes tomberont tous les jours. Quant aux pays arabes, ils préfèrent, tout simplement, détourner le regard face au spectacle macabre de l’immigration syrienne. Où va le monde?


Laisser un commentaire

Merci de cocher cette case