Les pays d’Europe sont devenus exportateurs de terroristes

Claude Moniquet Claude Moniquet

Maroc Hebdo: Les attaques de Paris marquent-elles un tournant dans les opérations  terroristes en Europe?
Claude Moniquet :
Tout le monde s’accorde à dire que ce qui s’est passé, à Paris, vendredi  13 novembre 2015, a été bien préparé et bien mené. Ce n’est pas un acte terroriste  classique. C’est une véritable opération de guerre qui a visé la France. Après l’attaque  contre le journal Charlie Hebdo en janvier 2015, celle de ce mois de novembre a été  plus meurtrière ayant visé plusieurs sites à la fois et surtout là où il y avait beaucoup de  monde. Imaginez le bilan si l’un des terroristes avait enclenché sa ceinture d’explosifs  dans l’enceinte du Stade de France. Il s’en est fallu de peu… Il ne faut pas omettre que la  France risque d’être frappée encore. Sur la liste des Etats visés par Daech, la France vient en  deuxième position après les Etats unis.


Etes-vous surpris d’apprendre que l’opération a été préparée en Belgique?
Claude Moniquet :
Malheureusement, non. Et cela n’a rien à voir avec mon parcours et  ma profession en tant que spécialiste de la sécurité. N’importe quel citoyen belge peut  vous le dire. Depuis le début des années 90, on a toujours des traces belges dans diverses  opérations terroristes à travers le monde. Le Groupe islamique armé (GIA) algérien avait  son réseau logistique en Belgique. Les opérations visant à saboter la coupe du monde de  football de 1998 en France ont été planifiées en Belgique. Le commandant qui a tué Ahmed  Shah Messaoud en Afghanistan est parti de Bruxelles. Malika El Aroud, la grande jihadiste,  est belge. Ce ne sont là que quelques exemples qui me viennent en tête. Donc, la Belgique  a toujours été une plateforme pour le terrorisme.


Ne s’agit-il pas aussi d’un échec de l’Europe à intégrer les immigrés?
Claude Moniquet :
Il faut bien arrêter ce genre de raccourcis. Qu’est-ce qu’elle a à voir  l’immigration ou la communauté d’immigrés dans ce qu’entreprend la Belgique ou la  France? Mohamed Merah n’est pas Marocain, Algérien ou Tunisien. C’est un Français né  en France. Egalement les frères Kouachi et Koulibali, auteurs de l’attaque contre Charlie  Hebdo et l’épicerie kasher en janvier dernier… Tout comme ceux dont les noms circulent à  propos des attaques de Paris. Ils sont belges ou français. Cela peut se passer aussi chez des  Français ou des Belges de souche. Dans les années 90, la France et la Belgique recevaient  des terroristes, les “importaient”, si vous me passez l’expression. Ils venaient pour exécuter  leurs opérations et repartaient, sinon ils sont neutralisés. Depuis quatre cinq ans ou un peu  plus, nos pays sont devenus exportateurs de terroristes, de jihadistes comme on les appelle.


Le renforcement des dispositifs de sécurité est-il suffisant?
Claude Moniquet :
Suffisant ou pas, la question n’est pas là. Moi, je dirais qu’un dispositif  exceptionnel de sécurité doit être mis en place par ces temps-ci. Il faut se rendre à  l’évidence: La situation est extrêmement grave en France, en Belgique ou en Allemagne  pour pouvoir la contenir avec les mesures de la loi ordinaire. La France a besoin de l’état  d’urgence pour tenter de venir à bout de la menace terroriste. Ce dispositif d’exception est  circonscrit dans le temps. Il peut être levé ou allégé une fois les conditions l’ayant imposé  changent...


Laisser un commentaire

Merci de cocher cette case