Loubna Tricha: "Anticiper les besoins des entreprises en compétences"


LOUBNA TRICHA, directrice générale de l’OFPPT

La feuille de route relative au développement de la formation professionnelle et à la création des “Cités des Métiers et des Compétences”, présentée devant le Roi Mohammed VI, ambitionne de faire de la formation professionnelle une voie d’épanouissement et d’avenir. Le point avec Loubna Tricha, directrice générale de l’Office de la formation professionnelle et de la promotion du travail (OFPPT).

Dans le cadre de cette nouvelle feuille de route, quel sera le rôle de l’OFPPT dans les prochaines années ?
Aujourd’hui, l’OFPPT est le principal opérateur de la formation professionnelle au Maroc, avec un dispositif représentant plus de 73% de l’offre globale nationale. Nous sommes principalement responsables du développement et du déploiement des programmes de formation répondant aux besoins de notre économie et aux aspirations de nos jeunes. La nouvelle feuille de route ne changera pas notre principale vocation, mais elle fera certes évoluer nos responsabilités et façons de faire dans l’objectif d’améliorer nos interactions avec les principales parties prenantes concernées par la formation professionnelle, en l’occurrence les professionnels et les régions, afin de faire converger nos efforts vers une meilleure performance globale. Cette feuille de route inaugurera une nouvelle génération d’établissements de formation professionnelle qui prendront la forme de « cités des métiers et des compétences », une dans chaque région, conçues pour répondre aux besoins spécifiques en compétences pour accompagner le développement des écosystèmes économiques régionaux. La mise en oeuvre de cet ambitieux programme est confiée à l’OFPPT, qui jouera d’abord un rôle fédérateur pendant cette phase, en assurant l’implication des différentes parties prenantes dans la conception du nouveau dispositif de Formation Professionnelle.

Comment va se déployer la nouvelle offre de formation professionnelle?
Dès le démarrage des cités des métiers et des compétences en 2021, un nouveau modèle de gouvernance sera déployé via la mise en place d’une société de gestion OFPPT/Professionnels (S.A.) pour chaque cité, avec un Conseil d’administration tripartite composé des représentants de l’Etat, du secteur privé et de la région.

La nouvelle feuille de route inclut, par ailleurs, la mise à niveau de l’offre actuelle de formation professionnelle. Pour ce chantier, l’OFPPT sera le garant du transfert d’expertise et le principal canal d’échange entre les cités des métiers et des compétences et le dispositif actuel, afin d’harmoniser toute l’offre de formation professionnelle en termes de performance et de qualité. Les cités des métiers et des compétences sont, dans ce sens, perçues comme des locomotives qui tireront vers le haut l’existant.

Quel sera l’apport du secteur privé dans la mise en place des nouvelles cités des métiers et des compétences ?
L’apport du secteur privé en expertise est une clé pour le succès des différentes phases de mise en place des cités des métiers et des compétences, de la conception à la gestion opérationnelle, qui seront menées conjointement.
Dans la phase de conception/réalisation des projets, les professionnels seront nos référents pour le développement des ingénieries de formation sectorielles et contribueront ainsi au choix des filières qui seront dispensées, à la validation des programmes y afférents et au choix des équipements et des méthodes pédagogiques pour la formation.

Aussi, les cités des métiers et des compétences prônent la formation par alternance comme principal mode de formation compte tenu de son rôle catalyseur dans le processus de la formation du stagiaire, chose qui ne peut être mise en oeuvre avec succès sans la forte contribution du secteur privé.

Pour la phase opérationnelle, la société de gestion qui sera mise en place prévoit leur implication dans la gestion des pôles relatifs à leurs secteurs, à travers des modes de gestion innovantes qui seront choisis au cas par cas, et qui comptent notamment la cogestion avancée et la gestion déléguée aux professionnels. L’objectif de ce nouveau modèle étant de rapprocher le nouveau dispositif de formation professionnelle de la réalité du marché économique via l’implication directe, du secteur privé pour garantir une meilleure anticipation des besoins des entreprises en compétences et un rehaussement significatif de la qualité de la formation.

Le but de la formation professionnelle est de résorber le chômage. Or il se trouve que le taux de chômage touche de plus en plus les lauréats de l’OFPPT. Comment expliquez-vous ce paradoxe?
La problématique du chômage dépasse à notre avis la performance intrinsèque de l’OFPPT et devrait être examinée à deux niveaux : un premier qui s’alimente de la divergence entre les profils des lauréats et les besoins réels du marché de l’emploi et auquel nous allons remédier par le biais d’une meilleure anticipation des besoins et plus d’agilité dans le déploiement des programmes de formation pour adapter le dispositif dans la durée, à l’évolution des compétences cibles. Ce qui a d’ailleurs orienté le choix vers le nouveau modèle gouvernance.

Et pour les programmes?
Aussi, les nouveaux programmes de formation seront conçus de manière à renforcer la polyvalence des lauréats afin d’élargir leur spectre d’insertion et d’augmenter leur capacité d’adaptation dans la durée, à l’évolution des métiers. Une attention particulière sera également accordée à l’apprentissage des langues et au renforcement des soft skills afin de croitre l’employabilité de nos lauréats. Quant au deuxième niveau, il reste intimement lié à la capacité de l’économie nationale à créer de l’emploi et aux taux de croissance sectoriels, ce qui explique les écarts parfois importants entre les différents secteurs.

Pour y faire face, nous veillerons à ce que la créativité et l’entreprenariat soient inculqués de manière transverse et dispensés dans la majorité des programmes de formation, parce que nous restons persuadés que la création de valeur viendra de là dans l’avenir.


Laisser un commentaire