Mahmoud Abbas condamne l'adoption de la loi sur "l'Etat-nation juif"

Le président palestinien Mahmoud Abbas

Le président palestinien Mahmoud Abbas a condamné jeudi l'adoption par le parlement israélien de la loi sur "l'Etat-nation juif", qui définit Israël comme l'Etat des Juifs et Al-Qods comme sa capitale.

"Il n'y aura ni paix ni sécurité tant qu’une telle situation perdurera", a-t-il réagi dans un communiqué publié par l'agence de presse palestinienne WAFA, notant que cette nouvelle loi "ne changera pas la situation historique d’Al Qods en tant que capitale d’un Etat palestinien". Elle "ne découragera pas le peuple palestinien dans sa lutte légitime contre l'occupation israélienne et sa volonté d'établir un Etat indépendant".

M. Abbas a appelé la communauté internationale à intervenir et à assumer ses responsabilités en faisant pression contre cette loi qu'il juge raciste et discriminatoire.

Le Parlement israélien a adopté jeudi un projet de loi définissant Israël comme "l'Etat-nation du peuple juif", dont un article particulièrement controversé qui prévoyait de réserver de nouvelles localités à des juifs a été amendé.

Ce nouveau texte, adopté par 62 voix contre 55, stipule notamment que l'hébreu devient la seule langue officielle d'Israël, alors que l'arabe avait auparavant un statut identique à celui de l'hébreu, et déclare que les "implantations juives relèvent de l'intérêt national".

Le texte amendé affirme que "l'Etat considère que le développement des implantations juives relève de l'intérêt national et que l'Etat prendra les mesures pour encourager, faire avancer et servir cet intérêt".

Le texte a été voté dans la catégorie des lois fondamentales qui font office de constitution en Israël.

Laisser un commentaire

Merci de cocher cette case