Immo GCAM 1000x90

Marrakech, la ville impériale, abritera du 3 au 7 Juillet 2019 la 50ème édition du Festival National des Arts Populaires.



L’Association Le Grand Atlas « AGA » fêtera, non seulement cette anniversaire, mais aura l’occasion unique d’ouvrir une grande fenêtre sur le paysage d’une nouvelle aventure artistique des mille et une nuits du Festival National des Arts Populaires de Marrakech. Un  évènement annuel qui offre un cadre de brassage culturel entre plusieurs pays de notre planète terre, avec le grand soutien du Ministère de la culture, véritable mentor de tout évènement culturel national, qui épaule ce 50ème anniversaire auquel participeront d’autres Partenaires Institutionnels et privés.

Une belle aventure orchestrée par le Professeur  Mohamed KNIDIRI, (ancien Ministre de l’Education Nationale) Président de l’Association Le Grand Atlas et qui est aussi le véritable Maître d’œuvre d’exécution et pilote de ce chantier à ciel ouvert.

L’éclat de cette prestigieuse manifestation prend progressivement depuis des années déjà, une dimension internationale tout en constituant des occasions uniques pour magnifier la culture nationale. Le FNAP en quelque mots est devenu un facteur de développement socioculturel, pour l’AGA qui mobilise ses savoirs et ses expériences au service de la compréhension du domaine artistique de l’évènementiel, afin de mettre  en œuvre  tout un processus de création, dans l’impérieux souci de contribuer a l’essor du secteur artistique, touristique et économique de la ville par le biais du Festival National des Arts Populaires de Marrakech, décrété patrimoine culturel  immatériel de l’humanité par l’UNESCO en 2005.

Cette manifestation Nationale d’envergure  réunit chaque année des créateurs, des chercheurs, des décideurs et des opérateurs toutes disciplines et secteurs confondus, venant de divers horizons qui participent avec ferveur à  la renommée de cette célèbre cité  ancestrale qui  incarne les souvenirs prestigieux d’une grande capitale historique et ceux d’un lieu exotique où des spectacles somptueux révèlent le charme mystérieux non seulement de l’Orient mais aussi du monde.

Étant le plus ancien des festivals du Maroc, le FNAP  a pour objectif  de mesurer l’importance des traditions marocaines, notamment les danses, les chants et les costumes. Musiciens et danseurs du monde se joindront aux festivités dans une « Fusion unique », aux côtés des troupes marocaines qui se produiront également pour offrir un spectacle original aux couleurs séculaires, contemporaines et même futuristes, le tout dans une vision universaliste, chaque peuple possède son « génie » unique et singulier, lequel apparaît comme le fondement par excellence du renouveau culturel qui doit permettre de réunifier l’ensemble des régions du Royaume.

Le langage chorégraphique dans l’univers de ces danses, élaborées  à partir de l’union entre les différentes techniques orientales et occidentales, nous emmène dans le monde folklorique de tant de fantaisies créatives de grands artistes nationaux et internationaux de l’art du spectacle, fusionnant des costumes somptueux aux merveilleux éclairs de couleurs, mettant l’accent sur l’originalité des styles qui allie le rêve oriental aux techniques et modes occidentales .

La mise en lumière de cet évènement populaire, dont l’ambiance festive motive  non seulement les artistes aux costumes merveilleusement contrastés, lesquels, tout en virevoltants  impulsent une énergie certaine  à ces soirées féeriques , comme un film en felle good movie, c’est aussi et surtout  une ouverture vers l’aspect sociétal de la danse,  les mouvements des danseurs hommes et femmes  de tous âges et de tous milieux,  unis dans un tourbillon joyeux, du sons et des  rythmes entraînants, parlent d’eux-mêmes tout en faisant bouger l’assistance , personne ne peut rester immobile face au spectacle de ses danses du monde, qui émeuvent le spectateur dans une mise en scène innovante et innovatrice et dans ces lieux exotiques à souhait comme le site du Palais Badiih ou encore, celui plus ensorcelant de la Ménara.

Zohra J. Wolltcheva critique art.


 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire