Immo GCAM 1000x90

Meurtre d'Imlil: un ressortissant suisse condamné à 10 ans de prison

La Chambre criminelle chargée des affaires du terrorisme près l'annexe de la Cour d'appel à Salé a condamné, jeudi, à 10 ans de prison ferme un ressortissant suisse pour liens avec les auteurs du meurtre de deux touristes scandinaves, perpétré le 17 décembre dans la commune d'Imlil (province d’El Haouz), a-t-on appris de source judiciaire.

Le prévenu qui a été arrêté le 29 décembre 2018 à Marrakech a été poursuivi pour des faits "de constitution d'une bande en vue de préparer et commettre des actes terroristes visant à porter gravement atteinte à la sûreté de l’État, l'aide préméditée à des auteurs d'actes terroristes, l'entraînement de personnes en vue de rejoindre une organisation terroriste et apologie du terrorisme".

Ce technicien en publicité informatique a été reconnu coupable dans un dossier séparé par rapport à celui impliquant les 25 accusés dans l'affaire du double meurtre. Le procureur général du Roi près la Cour d'appel de Rabat avait déféré devant le juge d’instruction 25 individus, dont un ressortissant suisse de nationalité espagnole, dans le cadre de l'enquête dans cette affaire, conformément à une requête visant à les interroger au sujet d'actes terroristes.

Un deuxième ressortissant suisse a été poursuivi dans la même affaire pour "constitution d’une bande en vue de préparer et commettre des actes terroristes dans le cadre d’un projet collectif visant à porter gravement atteinte à l’ordre public et d’apologie d'actes et d'organisation, ainsi que la non-dénonciation de crimes terroristes".

Selon des révélations des médias, les deux prévenus seraient entrés en contact lorsqu’ils résidaient en Suisse et auraient même échangé la vidéo montrant le meurtre des deux touristes.


1 commentaire

  • Habib Cherkaoui

    15 Avril 2019

    Tragédie et pour les familles des victimes et pour le Maroc. Cependant, il faut constater que le Ministére Du Tourisme et les autres autorités ont depuis longtemps négligé un phénomène important et potentiellement à hauts risques: En effet, la majorité des touristes étrangers qui visitent le Parc National Du Toubkal (Imlil etc..) sont dès le départ encadrés par des guides locaux expérimentés et ont une feuille de route détaillées (logis, conseils etc..). Mais une minorité de jeunes touristes, telles ces deux jeunes victimes scandinaves opte pour des randonnées libres non-encadrées, non enregistrées et donc à très haut risque. On connait déjà le sort de jeunes étrangers accidentés dans le Haut-Atlas car seuls et non encadrés par des guides professionnels, On connait les cas de touristes qui passent par le village d´Imlil, font leurs emplettes dans les épiceries locales et disparaîssent dans la nature . Ceci est inacceptable: D´abord, une randonnée guidée et encadrée par des guides locaux ne côute pas beaucoups…., donc pas de quoi faire les radins. Ensuite, un guide connu prend sa responsabilité, connait le terrain, sit jauger les risques et surtout a un Contact avec les Moqqadems des villages traversés, les autorités locales et de ce fait offre aux touristes un séjour sécurisé. Mais le grand manque et espérons que le Mrs. les ministres du Tourisme et de l´Intérieur saisissent ce message: Le grand manque est qu´aucune structure sécuritaire n´est présente dans les Parcs Nationaux Du Royaume, encore moins dans la région d´Imlil, porte du Toubkal. Ce qui est grave et porte préjudice à notre pays. Car nous sommes RESPONSABLES tous de la sécurité et du bien être de nos hôtes étrangers. Donc, la solution est simple: 1 ) Rendre obligatoire l´enregistrement (passeport, coordonnées, téléphones des parents etc,,) de chaque touriste qui se présente déjà à Asni. 2) rendre obligatoire l´accompagnement par un guide local qui lui aussi va s´enregistrer auprès d´un Bureau au niveau du Caïd /Mokkadem ouvert 24H/24 H. Le guide et son groupe de toristes vont signaler le PARCOURS, les HALTES-REPOS, les adresses des lieux (Gîtes, chambres d´hôtes etc..), la durée du parcours et l´obligation de revenir signaler la fin du parcours…. 3) Informer tous les touristes qui descendent dans nos aéroprts ou dans nos ports du fait que les Parcs nationaux exigent l´accompagnement d´un guide local certifié . 4) Si refus de la part de certains touristes, qu´ils signent un document officiel que le parcours sera à leur rsique et péril et qu´en cas d´accident, les services consulaires du pays d´origine dudut touriste seront pévenus… Les guides d´Imlil ont depuis longtemps demandé une mise à niveau, ont aussi besoin d´un encadrement, ont besoin de Contacts réguliers et d´informations auprés du ministre de tutelle et les autorités locales et ont aussi besoin d´ être considérés comme des travailleurs avec sécurité sociale, Assurance maladie , couvertire médicale. Car les accidents graves (blessures, fractures, infections etc..) frappent fréquemment ces guides exposés jour et nuit à des parcours dangereux en haute montagne. Ce quides locuax sont une ressource inestimable à forte valeur ajoutée , qui font vivre des familles entiéres, favorisent le tourisme national et donc de facto sont une profession qui a besoin d´être valorisée. Constatons aussi que malgré tous nos Parcs Nationaux de renommées internationale (M´Goun, Toubkal . etc..) nosu manquons d´une École...pour la formation des Guides de Montagnes. ce qui est un scandale ! Les guides actules d´Imlil ou ailleurs ont un besoin pressant s´encadrement, de formation continue, d´un statut . Les guides qui ont atteint l´âge de 50 ans peuvent très bien encadrer les nouvelles generations. C´est ce manque qui à mon avis a conduit deux jeunes scandinaves á tomber dans la gueule de criminels indignes du Maroc. A bon entendeur, salut!

Laisser un commentaire