Mme El Haiti : La croissance verte, une opportunité pour accélérer l'industrialisation en Afrique

Atelier-croissance-verte-Rabat-BAD


La croissance verte constitue une opportunité pour accélérer l'industrialisation en Afrique en prenant en considération les changements climatiques, a affirmé, mercredi à Rabat, la ministre déléguée chargée de l'Environnement, Hakima El Haiti.

"Pour ce faire, il s'avère nécessaire d'intégrer la croissance verte dans les projets de développement et dans les politiques publiques", a estimé Mme.El Haiti, à l'ouverture d'un atelier de formation visant le renforcement des capacités pour le développement des projets qui facilitent l'intégration des objectifs de croissance verte au Maroc, organisé par la Banque Africaine de Développement (BAD).

La ministre a noté que le renforcement des capacités constitue un pilier de l'accord de Paris, vu que les pays africains sont confrontés aux difficultés de financement de leurs projets de développement.

Ainsi, cet atelier vise à analyser les mécanismes et les outils à mettre en place pour le renforcement de ces capacités et la mise en œuvre de projets banquables répondant aux critères de la croissance verte, a souligné Mme. El Haiti.

De son côté, le directeur de la division conformité et sauvegardes à la BAD, Anthony Nyong, a indiqué que cet atelier a pour principal objectif l'identification d'un portefeuille de projets permettant de soutenir la transition vers l'économie verte à l'horizon 2020 et de promouvoir l'accès du Maroc aux mécanismes financiers internationaux tels que les fonds climatiques.

"La désignation du Royaume du Maroc comme pays hôte de la COP 22 en novembre 2016 a permis d'appuyer cet objectif et de permettre aux institutions et entreprises marocaines de mettre en exergue les actions menées dans le cadre de la croissance verte sous forme de programmes/projets développés ou en cours de développement", a précisé M. Nyong.

Pour sa part, la représentante résidente de la BAD au Maroc, Yacine Fal, a relevé que cet atelier s'adresse directement aux experts en charge de l'élaboration de projets dans plusieurs secteurs, à savoir les infrastructures, l'agriculture, l'eau et l'énergie afin de leur donner les moyens et outils leur permettant d'intégrer dans leurs projets les objectifs de la croissance verte.

"La COP 21 a permis de réaliser des accords sur les démarches que le monde veut prendre en ce qui concerne les changements climatiques. En effet, cet atelier vise à mettre en place les moyens de l'opérationnalisation de ces objectifs en Afrique", a ajouté Mme. Fal.

Au cours de deux jours, la formation mettra l'accent sur l'amélioration des connaissances pour la structuration, l'analyse, la gestion et le financement des projets qui contribuent à la croissance verte.

Elle permettra également de démontrer comment la croissance verte peut être utilisée pour mobiliser des financements concessionnels et présenter les stratégies qui peuvent être utilisées pour supporter les coûts additionnels des projets de croissance verte.

Durant l'atelier, les entreprises, ministères, agences et institutions auront l'occasion de présenter leurs propositions de projet au stade de conception ou d'évaluation.

Les participants à la formation pourront aussi bénéficier d'une assistance technique de la BAD pour leur permettre d'intégrer la croissance verte et de formuler des propositions adéquates pour recevoir des financements.

L'atelier rassemble environ 50 représentants de diverses entités publiques et privées des secteurs concernés par la formation, notamment l'énergie, le transport, l'agriculture et l'eau-assainissement.


Laisser un commentaire

Merci de cocher cette case