Mohammed Rabii. Champion cherche sponsor



Le champion du monde de boxe amateur s’est présenté devant la presse nationale, lundi 17 décembre 2018, afin de faire un point d’étape sur sa carrière professionnelle.

On peut être champion du monde de boxe amateur et médaillé de bronze aux Jeux Olympique de Rio de Janeiro en 2016 et galérer pour sa carrière dans le monde professionnel. Mohammed Rabii en est l’exemple parfait, lui qui a porté les couleurs du drapeau national au firmament. L’enfant de Sidi Bernoussi, à Casablanca, est un travailleur acharné mais sa personnalité réservée n’attire pas forcément les grands sponsors malgré son statut de «star ordinaire» obtenu à la force de ses poings. «Je ne vais pas commencer à démarcher les entreprises», explique tout d’abord le champion marocain lors d’une conférence de presse organisée dans les locaux de son manager, Bakr Nouhi, à Casablanca, lundi 17 décembre. En effet, il estime que «les résultats parlent pour lui».

Et on ne peut le contredire. En huit combats professionnels, Rabii s’est imposé à huit reprises, dont cinq victoires par KO chez les superwelter, la catégorie des 69 kg. Son classement mondial a également connu une belle ascension passant de la 1.825e place mondiale à la 61e. «Ça n’a pas été facile, je fais de mon mieux pour gagner afin de grimper au classement mondial. Je me suis beaucoup amélioré», indique-t-il. Des résultats obtenus grâce à des camps d’entraînement organisés en Europe, précisément en Belgique où réside son entraîneur, ou en Allemagne, terre de boxe par excellence. Cependant tout cela a un coût surtout financier: «Le fait de s’exporter en Europe avant un combat, payer sa team, les médecins, les sparrings partners coûte environ 125.000 dirhams», révèle Bakr Nouhi. Le partenariat avec deux groupes immobiliers marocains couvre tout juste ces dépenses, ce qui peut le pénaliser à l’avenir. «Si nous voulons atteindre nos objectifs le plus rapidement possible, nous avons besoin de plus de financement, nous avons quand même un grand champion en devenir», peste le manager.

Objectif : le top 10 mondial
L’ambition de Rabii, c’est clairement de faire partie du gotha mondial de sa discipline. «Avec mon équipe, nous travaillons dur pour progresser. Mon objectif est d’arriver au top 10 mondial et challenger pour une ceinture mondiale dans un avenir proche», espère le médaillé olympique de Rio de Janeiro. «Ce combat mondial, il aimerait bien le disputer au Maroc et pourquoi pas à Casablanca devant ses supporters», rebondit Bakr Nouhi.

Avant cela, Rabii se prépare déjà pour son prochain combat, qui devrait avoir lieu au début du mois de mars 2019. Lors de la préparation, justement, la vie privée est un sujet de tension avec la presse. «À chaque fois, il y a toujours des rumeurs qui circulent deux semaines avant mon combat et, à chaque fois, elles concernent ma vie privée», déplore-t-il. Son manager a ainsi demandé l’union sacrée avec les journalistes «pour aider Mohammed Rabii à porter haut les couleurs du Maroc».

Laisser un commentaire