La moitié des plages marocaines sont sales

21 plages au Maroc portent le label international pavillon bleu

Si 21 plages ont pu réussir à décrocher le prestigieux label de propreté, Pavillon Bleu, 21 autres plages n’ont pas réussi à l’avoir, ce qui permet de dire que la moitié de nos plages sont sales.

Le Maroc est connu, touristiquement, pour son soleil brillant toute l’année et ses belles plages du côté de l’Atlantique comme du côté de la Méditerranée. Pendant chaque été, les vacanciers, marocains comme étrangers, sont à la recherche de plages propres où se baigner et se détendre deviendrait un vrai plaisir sans toutefois courir le risque d’attraper des maladies.

C’est pour cela que la plupart d’entre eux guettent la sortie du fameux label international Pavillon Bleu pour les plages. Attribué par la Fondation Mohammed VI pour la protection de l’environnement, que préside la princesse Lalla Hasna et la fondation internationale pour l’éducation à l’environnement (FEE), ce label est la garantie incontestable de propreté pour une plage, qui détermine sans aucun soupçon qu’elle répond aux standards internationaux de la baignade. Pour cette année, 21 plages sont classées comme parfaitement conformes au Pavillon Bleu.

Un effort considérable
Elle étaient initialement 42 plages à se porter candidates à l’acquisition de ce label international. Même si les autorités se vantent de ce résultat puisque le Maroc occupe la première place dans le monde arabe et la deuxième en Afrique, il n’en demeure pas moins que la moitié des plages marocaines sont sales. On peut alors voir le verre à moitié plein comme on peut le voir à moitié vide. Parmi les plages portant ce prestigieux label, on peut citer la plage Achakar de Tanger, Essaouira, Sidi Ifni, Aglou-Sidi Moussa dans la région de Tiznit, El Moussafir à Dakhla, Dalia à Tanger et Oued Laou à Tétouan. Si ces plages sont parvenues à un tel niveau de propreté et d’hygiène, c’est essentiellement grâce aux communes qui assurent leur entretien, équipement, sécurité, formation, sensibilisation et accessibilité.

Dans cet effort considérable, les autorités locales sont accompagnées par le programme Plages propres de la Fondation Mohammed VI pour la protection de l’environnement et soutenus également par la Direction générale des collectivités locales et les départements ministériels concernés.

Les responsables territoriaux sont formés à la gestion des plages et des outils de gestion et de sensibilisation à l’environnement sont mis à leur disposition pour leur permettre d’accueillir les estivants dans les meilleures conditions. La Fondation évalue les candidatures au Pavillon Bleu et organise les contrôles inopinés pendant l’été. Les communes sont enfin appuyées par des partenaires économiques mobilisés par la fondation dans le cadre du programme Plages propres qui leur apportent compétences managériales et appui financier.

Une éducation à inculquer
La labélisation des ports de plaisance, encore plus contraignante compte tenu des investissements et aménagements nécessaires, est en oeuvre depuis trois ans. La Fondation met notamment en avant le port de plaisance de Saïdia, sur la côte orientale de la Méditerranée, qui arbore le Pavillon Bleu pour la troisième année consécutive. Créé en 1985 par la Fondation pour l’éducation à l’environnement, le label a été hissé sur 4.425 plages et marinas de 45 pays d’Europe, d’Afrique, d’Amérique, des Caraïbes ou du Pacifique.

Le Pavillon Bleu est considéré comme un label environnemental exigeant attribué selon quatre familles de critères: qualité des eaux de baignade, information, sensibilisation et éducation à l’environnement, hygiène et sécurité, et, enfin, aménagement et gestion. Il est attribué aux communes en charge de la gestion des plages. C’est la certification comme quoi elles apportent du bonheur aux estivants. Les autres doivent redoubler d’efforts pour généraliser ce bonheur. Mais, pour beaucoup, la propreté des plages est une question d’éducation qu’il faut inculquer aux jeunes générations. Sans laquelle, ce pavillon bleu risque de perdre son sens.


Laisser un commentaire

Merci de cocher cette case