De la musique pour tous les goûts

L'été, la saison des festivals au maroc

De Mawazine rythmes du monde de la capitale Rabat au festival Gnaoua d’Essaouira en passant par l’incontournable Festival de Fès des musiques sacrées du monde, le Maroc renvoie au monde l’image formidable d’un pays en mouvement sur le plan artistique.

Mois de Ramadan oblige, la saison des festivals commence cette année au mois de juin 2019. Synonymes de fête, de joie et d’ambiance euphorique, ces festivals sont désormais ancrés dans le paysage artistique et culturel marocain. De Mawazine rythmes du monde de la capitale Rabat au festival Gnaoua à Essaouira en passant par le très mystique Festival de Fès des musiques sacrées du monde, le Maroc renvoie au monde l’image formidable d’un pays en mouvement et ouvert à toutes les cultures universelles. Le festival de Fès des musiques sacrées du monde, prévu entre le 14 et le 22 juin 2019, est le premier à être programmé dans l’agenda artistique de cette année. Avec sa 25ème édition, il célèbre ainsi un quatre de siècle, le considérant ainsi comme une manifestation culturelle prestigieuse, devenue au fil des années le carrefour emblématique des musiques sacrées du monde.

L’événement, qui aura cette année pour thème «Fès à la confluence des cultures», réunira plus de trente pays et pas moins de 150 artistes de renommée mondiale. Incontestablement, ce festival fait partie des plus grands rendez-vous culturels au Maroc. Il est ainsi prévu de rendre hommage à une ville impériale pas comme les autres, Fès, en mettant l'accent sur son positionnement à la confluence des cultures et des civilisations. La Médina de Fès connaît actuellement une renaissance exceptionnelle grâce à la volonté de S.M. le Roi Mohammed VI en lui donnant une nouvelle vie.

Ouverture sur l'Autre
Le Festival a apporté sa contribution au fil des temps au dialogue des cultures et des religions, à mieux de faire connaître les valeurs de notre pays marqué par l'ouverture sur l'autre, l'esprit de tolérance et d'accueil et la richesse de son patrimoine matériel et immatériel. Le World Youth Orchestra, qui viendra d’Italie, collaborera ainsi en exclusivité avec l'ensemble andalou de Fès dans le cadre d’une création musicale originale. Le Britannique Sami Youssouf, considéré comme une vedette planétaire de la musique soufie, occupera la scène mythique de Bab El Makina. José Merce et Tomatito, les deux virtuoses du Flamenco enflammeront la scène aux côtés du Kingdom Choir, la désormais incontournable chorale gospel ayant acquis une renommée internationale depuis les festivités du mariage du prince Harry avec Meghan Markle.

Youssou Ndour, icône culturelle sénégalaise de l’Afrique, cohabitera avec les délicieuses sonorités de l’iconique chanteur libanais Marcel Khalifa. Par ailleurs, les tonalités mystiques des chants et danses rituels des femmes de Cuba, d’Azerbaïdjan, l’art du Muwashah d’Alep et les chants sacrés de Perse ou encore Carlos Nunez, maître de la cornemuse Gaïta et l’ensemble traditionnel d’Oujda Espagne-Maroc… autant d’artistes qui mettront en valeur pendant 10 jours l’importance des dialogues des cultures entre Orient, Occident et Afrique.

Outre les spectacles quotidiens, le festival de Fès s’ouvrira sur une création originale «Fès, Mémoire du Futur». Il faut dire que les générations défilent au cours des siècles mais l’âme de la ville de Fès se perpétue. Ainsi de Bab Al Makina aux jardins de Jnan Sbil en passant par le Palais Glaoui, la synagogue de Fès ou encore Dar Adiyel, les lieux les plus mythiques de la ville verront défiler une centaines d’artistes venant de Serbie, d’Allemagne, d’Inde, du Canada, de France, d’Azerbaïdjan, d’Irlande, du Maroc ou du Liban.

Notoriété et influence
Après le festival de Fès viendra ensuite le festival Mawazine Rythmes du monde, dont la programmation est prévue entre le 21 et le 29 juin 2019. Contrairement au festival de Fès, orienté vers le soufisme, celui de Rabat revêt un caractère nettement plus occidentaliste. Pour cette année, les organisateurs promettent la venue de stars mondiales de la pop, comme Aya Nakamura, Travis Scott et le groupe Migos, qui se produiront respectivement sur la scène de l’OLM Souissi les mercredi 26 et jeudi 27 juin.

Considéré parmi les plus influents du hip hop outre-Atlantique, le chanteur de 27 ans, né à Houston, enchaîne les albums à succès, les collaborations fructueuses notamment avec Drake, N’as et DJ Khaled. La première partie de Travis Scott sera assurée par une étoile montante de la scène RnB, la chanteuse Aya Nakamura, qui a rythmé le quotidien de la jeunesse française en 2018 avec ses tubes Comportement, Copines et surtout Djadja, dont le clip cumule plus de 360 millions de vues sur YouTube. Le jeudi 27 juin, ce sera au tour de Migos de prendre les devants. Le groupe de rap américain s'est fait connaître mondialement en 2013 grâce au single Versace. L’année suivante, il publie une mixtape, No Label II, téléchargée plus de 100.000 fois et certifiée disque d'or.

Créé en 2001, le festival Mawazine est le rendez-vous incontournable des amateurs et passionnés de musique au Maroc. Avec plus de 2 millions de festivaliers, il est considéré comme le deuxième plus grand événement culturel au monde. Presque au même moment que les festivals de Fès et de Rabat, le festival Gnaoua d’Essaouira est prévu entre le 20 et le 22 juin 2019. Avec sa 22ème édition, ce festival est également l’un des plus emblématiques dans le pays. En provenance notamment d’Essaouira, Marrakech et Casablanca, des jeunes maâlems reprennent le flambeau de leurs aînés pour perpétuer l’art de la musique gnaoua, dont la notoriété et l’influence ont depuis longtemps dépassé nos frontières. Que ce soit en marge ou dans le cadre du festival, Essaouira abritera pendant ces quelques jours plusieurs rencontres autour de thématiques culturelles diverses.

Outre ces trois villes qui célèbrent la musique universelle, le Maroc est rythmé par ailleurs par des moussems et des festivals populaires qui assurent proximité et joie aux populations marocaines les plus reculées. Pour que tout le Maroc en profite.


Laisser un commentaire