Najat Mjid: Une combattante pour les droits des enfants

C’est la première fois qu’une Marocaine issue de la société civile accède à un tel niveau de responsabilité au sein des Nations Unies. Une fierté pour le Maroc et les Marocains.

Les Marocains ne cessent de briller dans des postes de responsabilité à l’étranger. Dans les multinationales, les organisations non gouvernementales et les Nations Unies. Tout récemment, la présidente de l’association Bayti, Najat Mjid, a été nommée, jeudi 31 mai 2019, par le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, en tant que sa représentante spéciale sur la violence contre les enfants, avec grade de Secrétaire général adjoint. Mme Mjid succède ainsi à la Portugaise Marta Santos Pais.

Pour beaucoup, c’est une première qu’une Marocaine issue de la société civile puisse avoir une telle nomination au sein des hautes instances onusiennes. En revanche, d’autres Marocains, qui ont évolué comme hauts fonctionnaires au sein de l’ONU, ont réussi à se hisser à un tel niveau de responsabilité. Parmi eux, Jamal Benomar, qui s’est fait connaître en tant qu’Envoyé spécial du Secrétaire général de l’ONU au Yémen. Cet ancien opposant au régime de feu Hassan II, ayant passé 12 ans dans les geôles marocaines pendant les années de plomb, s’est illustré au Yémen grâce à ses qualités de médiateur international et sa longue expérience des conflits. Pour Najat Mjid, inutile de dire que sa nomination honore les Marocains et tout particulièrement les femmes marocaines qui militent, au Maroc comme à l’étranger, pour la promotion des droits féminins dans le monde. Présentée comme une icône de la lutte pour les droits des enfants au Maroc et dans le monde, cette pédiatre a consacré sa vie au cours des trois dernières décennies à la promotion et à la protection des droits des enfants.

Consultante internationale
Elle était ainsi chef du département de pédiatrie et directrice de l'hôpital Hay Hassani mère et enfant de Casablanca et fondatrice de l’association Bayti, qui s’occupe des enfants de la rue et des petites bonnes. De 2008 à 2014, cette native de Casablanca le 10 novembre 1959 a occupé le poste de rapporteur spécial des Nations-Unies sur la vente d'enfants, la prostitution des enfants et la pornographie mettant en scène des enfants. Elle est également experte-conseil pour des projets, stratégies et politiques nationaux et internationaux relatifs à la promotion et à la protection des droits de l’enfant. Elle est aussi connue pour être consultante internationale et professeur dans le domaine des droits de l’enfant, des politiques de protection sociale, du développement humain et de l’ingénierie sociale. Elle est membre du Conseil consultatif sur les droits de l’homme (CNDH), en charge de la commission «protection, promotion et monitoring des droits de l’enfant».

Un parcours exceptionnel
Au niveau international, son engagement et son dévouement pour les enfants les plus vulnérables se démarquent aussi par son travail au sein de plusieurs organismes non gouvernementaux, de même que par ses diverses études traitant des enfants en difficultés, tels les enfants victimes de violence, d’exploitation sexuelle ou d’autres formes d’exploitation, les enfants abandonnés, les mineurs migrants isolés et les mineurs en détention.

Après des études aux facultés de médecine de Rabat, de Bordeaux et Toulouse, cette ancienne belle fille de Mohamed Mjid, ex-président de la Fédération royale du tennis, décédé en 2014, a exercé en qualité de médecin à Bordeaux et à Casablanca. Elle est actuellement pédiatre et médecin directeur de la Polyclinique mère-enfant de la CNSS à Casablanca. Pour son parcours à l’international, cette mère de deux enfants a reçu plusieurs prix et distinctions, dont le Prix européen de pédiatrie sociale en 1997 et le Prix des droits de l'Homme de la République française en 2000.

Sa récente nomination en tant que Secrétaire générale adjoint de l’ONU consacre ainsi un parcours exceptionnel d’une femme militante qui ne recule devant rien pour défendre ses idées et ses convictions. A ce poste, elle pourra défendre les enfants vulnérables de son pays mais aussi ceux du monde entier. Une lourde responsabilité qui pèse désormais sur ses épaules mais qu’elle va devoir assumer avec courage et détermination.


Laisser un commentaire

Merci de cocher cette case