Un nouveau souffle pour le tourisme marocain


PLAN D’ACTION DE L’ONMT


Les chiffres confirment la bonne santé du tourisme marocain, considéré comme l’un des plus compétitifs au monde, avec une croissance annuelle de 6%.

C’est une sortie médiatique pour le moins réussie pour le nouveau directeur général de l’Office national marocain du tourisme (ONMT), Adel El Fakir, mardi 22 janvier 2019, sa première depuis sa nomination en juillet 2018. Venu donner un nouveau souffle à l’ONMT et à la promotion du tourisme national à l’étranger, Adel El Fakir parvient à imprimer sa marque quant à asseoir une nouvelle stratégie pour le tourisme national.

Il faut dire que malgré tous les soubresauts liés au tassement de la demande internationale et aux bouleversements suscités par la hausse inquiétante des réseaux terroristes, le tourisme national a réussi à tirer son épingle du jeu durant l’année 2018. Ainsi, les autorités compétentes ont enregistré une nouvelle performance avec plus de 12 millions d’arrivées, soit une hausse de 8% par rapport à l’année 2017. Les indicateurs du secteur révèlent que le tourisme marocain est sur la bonne voie. A fin novembre dernier, les arrivées de touristes ont atteint 11,3 millions, affichant une moyenne d’un million par mois et une augmentation de 8,5% par rapport à 2017. Celui des nuitées se situe à 22,2 millions (8,4%) et le taux d’occupation à 47% (+3 points). Ce qui fait que les estimations pour 2018 tablent sur 12,3 millions d’arrivées.

Trois axes majeurs
Les chiffres confirment la bonne santé de l’industrie touristique marocaine, l’une des plus compétitives au monde, qui a réalisé, entre 2000 et 2018, une croissance annuelle de 6%. Ce qui représente 2 points de plus que la croissance mondiale du secteur plaçant ainsi le Maroc en 1ère destination africaine et 30ème mondiale.

Fort de ces acquis, le patron de l’ONMT a présenté le plan d’action de l’office, qui s’articule autour de trois axes majeurs. Ce nouveau plan d’action prévoit, ainsi, de marqueter et commercialiser la marque touristique Maroc en utilisant des moyens innovants afin de faire face à la concurrence régionale et mondiale. Dans ce rayon, la digitalisation de la présence de la marque à travers les marchés s’impose comme un chantier primordial étant donné que la décision des voyageurs se fait principalement sur les plateformes digitales et le mobile.

«L’office doit prendre pleinement le virage du digital en s’appuyant sur l’analyse constante des données (data et big data), un préalable indispensable pour l’adoption d’une stratégie marketing plus pointue et permettre la flexibilité et la réactivité nécessaires dans ce secteur mondialement compétitif», explique, ainsi, Adel El Fakir.

Le deuxième axe concerne la modernisation et la mise en place d’outils de suivi de comportement des voyageurs à travers les marchés, d’abord classiques (français, anglais, allemand, espagnol et allemand) mais aussi émergents, notamment le chinois, qui joue un rôle majeur de développement du secteur au Maroc avec un chiffre exceptionnel de croissance des arrivées en trois ans puisque ce nombre est passé de 15.000 en 2015 à 180.000, soit dix fois plus. La promotion du tourisme interne, qui reste un relais important de croissance, ainsi qu’une campagne ciblant les Marocains du monde forment le troisième axe des challenges de l’office. Le tourisme local a été par ailleurs le premier client des établissements hôteliers.

Laisser un commentaire