L'ONDA, maître d’oeuvre des aéroports marocains

Objectif: 50 millions de passagers en 2030

L’Office national des aéroports (ONDA) a adopté une stratégie destinée à renforcer les infrastructures aéroportuaires partout au Maroc.

L’ONDA est fortement présent dans le domaine aéroportuaire. Depuis quelques années déjà, l’Office national des aéroports multiplie les records avec une évolution importante du trafic au point d’arriver à 22,5 millions de voyageurs en 2018, en hausse de 10,43% par rapport à l’année 2017. L’extension des aéroports régionaux ces 10 dernières années a permis d’augmenter la capacité d’accueil globale, qui est passée de 12 millions de personnes par an en 2003 à plus de 37 millions actuellement. Pour répondre à la demande de plus en plus importante, l’ONDA a misé sur le renforcement des infrastructures aéroportuaires sur tout le territoire marocain.

Une hausse remarquable
Il s’agit également pour les responsables d’accompagner la mise en oeuvre de la stratégie touristique nationale. L’objectif est d’atteindre 50 millions de passagers à l’horizon 2030. Outre les personnes, les avions ont transporté 90.000 tonnes de marchandises en 2018. «Aujourd’hui, l’Office est à la tête de 25 aéroports, dont 19 internationaux. Un effort remarquable a été fourni dans ce domaine puisque toutes les régions du Maroc sont desservies par un aéroport», souligne Zouhair Mohamed El Aoufir, directeur général de l’ONDA. Le trafic aérien avec les pays de l’UE a connu une hausse remarquable et le nombre des pays connectés avec le Maroc est passé de 17 en 2006 à 26 en 2018. Le patron de l’Office a dévoilé son plan d’investissement 2018-2023, qui prévoit la mobilisation de 16,954 milliards de dirhams, dont 13,661 milliards pour réaliser des projets destinés à développer les capacités d’accueil.

Dans ce total, 1,789 milliard de dirhams seront dédiés à la navigation aérienne et 680 millions de dirhams à l’informatisation et aux systèmes d’information. Par année, le plus gros montant est programmé pour 2021 à hauteur de 5,275 milliards de dirhams. Même pour le développement des capacités d’accueil, c’est 2021 qui canalisera la plus grosse enveloppe, soit 4,724 milliards de dirhams. M. El Aoufir a, en outre, mis l’accent sur l’implication du Maroc dans le développement des aéroports et de ses services à travers des programmes de formation dans plusieurs domaines, notamment la protection et la sécurité. Il a également insisté sur l’implication du Maroc dans le développement des aéroports et de ses services en Afrique. Plus de liaisons aériennes nécessitent des aéroports plus grands. Et c’est dans ce sens que les derniers mois ont été marqués par d’innombrables inaugurations. Les chiffres sont édifiants.

Stratégie de développement
L’Office national des aéroports a démarré l’année 2019 avec plusieurs projets livrés et ouverts, dont le Terminal 1 de l’aéroport Mohammed V, l’aérogare d’Errachidia et l’aéroport de Guelmim. D’autres ouvertures ont suivi, comme l’aéroport de Zagora ou encore celui de Nador qui ouvrira ses portes en fin d’année. Le nouveau terminal 1 de l’aéroport Mohammed V de Casablanca porte la capacité globale de cette plateforme à 14 millions de passagers par an, sur une superficie de 78.000 m², dont 36.000 m² de constructions rénovées et modernisées avec de nouveaux systèmes ultra-modernes et 38.000 m² de bâtiments nouveaux. D’autres projets tout aussi importants sont également prévus dans le cadre de la stratégie de développement de l’ONDA.

La construction d’un nouveau terminal à l’aéroport Rabat-Salé vient d’être lancée. Ce projet, qui permettra de porter la capacité d’accueil annuelle de l’aéroport à 4 millions de passagers au lieu de 1,5 million actuellement, s’inscrit en droite ligne des objectifs du programme phare «Rabat ville lumière, capitale marocaine de la culture» en renforçant la vocation touristique de la capitale. La nouvelle infrastructure aéroportuaire ne manquera pas de bénéficier aussi à la ville voisine de Kénitra, en tant que plateforme industrielle.

Vocation touristique
Faisant partie intégrante de la stratégie de développement de l’ONDA, ce projet d’extension de l’aéroport Rabat-Salé portera sur la construction d’un nouveau terminal d’une superficie de près de 69.000 m2, l’agrandissement du parking avions (six postes additionnels), l’aménagement de bretelles de liaison et la construction d’un parking pour voitures sur deux niveaux (1.300 places). Le développement de l’Académie Mohammed VI de l’aviation civile n’est pas en reste. Une enveloppe de 124 millions de dirhams lui est consacrée.

La fin des travaux doit intervenir en mai de cette année. Mais la stratégie de développement de l’office a de multiples facettes. Conscient du rôle important que peuvent jouer les aéroports, il a été question pour les responsables de rendre les infrastructures aéroportuaires comme une véritable vitrine pour le Royaume. Il s’agit, en quelque sorte, de promouvoir la culture et le patrimoine du Royaume auprès des passagers. Ainsi, l’Office national des aéroports et la Fondation nationale des Musées (FNM) viennent de signer, au musée Mohammed VI d’art moderne et contemporain (MMVI) à Rabat, une convention de partenariat. Signée par Zouhair Mohammed El Aoufir et le président de la FNM, Mehdi Qotbi, cette convention vise à faire la promotion des musées nationaux et, plus largement, de la culture artistique marocaine auprès des millions de passagers qui transitent chaque année par les aéroports du Royaume.

Concrètement, les touristes ou même les simples voyageurs de passage seront informés par différentes formes de communication (campagnes d’affichage, clips promotionnels, expositions…) de ce qu’ils pourront découvrir dans les musées marocains lors de leur déambulation dans les aéroports. Pour rappel, une convention similaire avait également été signée avec le Musée Yves Saint-Laurent.


Laisser un commentaire