Quelle formation pour les étudiants après le baccalauréat?

universite


Après la réussite au baccalauréat,  le plus difficile  reste à faire. L’accès aux  établissements d’enseignement  supérieur, surtout étrangers,  est un véritable parcours du  combattant. Pour se donner les  meilleures chances de réussite postbac,  nos étudiants n’ont que l’embarras  du choix pour s’inscrire aux  différents concours qui se déroulent  tout au long des mois de juin et de  juillet. Une étape incontournable  pour les plus méritants qui aspirent  à poursuivre leurs études dans les  grandes écoles et les universités les  plus prestigieuses.


Au Maroc, la réussite reste associée  aux grandes écoles françaises  de commerce et d’ingénieurs.  Or, les concours de ces établissements  supérieurs qui balayent  des domaines aussi variés que  les mathématiques -toujours à  l’honneur dans les écoles les plus  prestigieuses- , la philosophie ou  l’économie en passant par les  épreuves de logique et langues  étrangères sans oublier l’histoiregéo  et autres questions d’actualité,  nécessitent une intense préparation.


C’est dans cet esprit que des  institutions comme la fondation  Attijariwafa bank, en association  avec l’Université Al Akhawayn et le ministère de l’Éducation nationale,  organisent, depuis bientôt trois années  de suite, une semaine de concentration  au profit de 168 étudiants en classe  prépa scientifiques qui dépendent des  centres publics marocains. Étudiants  qui ont eu la chance d’être admis,  cette année, aux examens oraux qui  se dérouleront dans les grandes écoles  d’ingénieurs françaises (Mines, Ponts,  Polytechnique et Centrale Supélec)  durant quatre semaines à partir du 22  juin 2015.


Projets d’avenir
La réussite aux concours est le passeport  pour préparer et finalement  obtenir des diplômes reconnus, monnayables  au Maroc et en Europe. Mais  dans une économie de plus en plus  mondialisée, l’Europe n’est pas le seul  horizon en vue. C’est pour cette raison  que nos étudiants sont de plus en  plus tentés d’aller faire leurs études  à l’international que ce soit en Asie  ou aux États-Unis. C’est que l’enseignement  supérieur dans ces contrées  lointaines, en particulier aux États-Unis, plus ouvert, a beaucoup à leur offrir.  Ils peuvent y trouver une formation  plus efficace, correspondant le  mieux tout autant à leurs moyens  qu’à leurs projets d’avenir.


Pour obtenir soit un “Associate’s  degree” (en 2 ans), soit un “Bachelor’s  degree” (en 4 ans), soit un  “Master’s degree” (de 1 à 3 ans).  Ainsi, en choisissant en connaissance  de cause, et à condition de  bien préparer leur admission, ils  peuvent accéder à toutes les universités.  Pas seulement les plus  réputées comme Harvard, Berkeley,  Stanford, Massachusetts Institute of  Technology (MIT), Yale, Columbia  ou Princeton, régulièrement classées  dans le “ top ten ” mondial.  Même si l’accès à ces universités  coûte cher, il leur arrive d’octroyer  des bourses généreuses en fonction  du profil des étudiants. Il revient aux  parents, par contre, de placer une  somme suffisante dans un compte  bancaire pour subvenir aux besoins  de leurs enfants.


Laisser un commentaire

Merci de cocher cette case