Remise à Rabat du Grand prix national de la presse

Grand-Prix-Presse


Le jury de la 13ème Grand Prix national de la  presse a annoncé, jeudi soir, les noms des lauréats des différentes catégories  de ce prix, lors d'une cérémonie organisée, à Rabat, à l'occasion de la Journée  nationale de l'Information (15 novembre) en présence du Chef du gouvernement,  Abdelilah Benkirane et de plusieurs personnalités du monde des médias, de la  culture et de la politique.


Lors de cette cérémonie, présidée par le ministre de la Communication et  porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi, le Grand Prix de cette  édition a été décerné à l'ancien directeur général de l'agence Maghreb Arabe  Presse (MAP) Abdeljalil Fenjiro, alors que l'écrivaine Khnata Bennouna s'est  vue attribuer le prix rendant hommage à une personnalité du monde des médias  ayant contribué à l'évolution du paysage médiatique national et à la  consécration des nobles principes de la profession.


Le Prix de la télévision pour l'investigation et le film documentaire a  été attribué ex-aequo à Khadija Rchouk et Abderrazak Lahrach pour leur  documentaire "Alamat wa dilal" (épisode bahr annada) et Mohamed Hafidi de  Connexion media pour son documentaire "la pollution sous microscope".


Le prix de la radio a été remis à la journaliste Khadija El Bab de la radio  nationale pour son documentaire sur la greffe d'organes au Maroc.


Le prix de la presse écrite a été remporté par le journaliste Faiçal Faquihi  du journal l'Economiste pour son enquête sur la spoliation de biens  immobiliers, tandis que celui de la presse électronique a été décerné à  Abderrahim Tourani de Telexpresse pour son enquête/portrait consacrée à  l'écrivain marocain Driss El Khouri.


Dans la catégorie Agence de presse, le grand prix national de la presse est  revenu à Bouchra Azour, journaliste à l'agence MAP, pour son reportage "La voie  du savoir, l'opportunité d'une vie meilleure qui s'offre à la fille dans le  monde rural".


En ce qui concerne la production journalistique amazighe, le prix est revenu  ex-aequo à la journaliste de la chaine amazigh Salima Yaakoubi pour son travail  sur "la communauté marocaine établie à l'étranger : les Pays Bas comme exemple"  et la journaliste à la radio amazighe Malika Mahni pour son travail "il était  une fois".


Le journaliste Ayad Serti a été récompensé dans la catégorie de la  production journalistique hassanie, pour "La traite des êtres humains".


Quant au Prix de la photographie, il a été attribué ex-aequo au photographe  des journaux Al Bayan et Bayan Al Yawm, Ahmed Akil, pour sa photo intitulée  "tentative de suicide" et au photographe de la Nouvelle Tribune Ahmed  Boussarhan pour sa photo intitulée "une enfant révisant sa leçon".


Le Grand Prix national de la presse, initiative largement saluée par les  organisations internationales notamment l'UNESCO, a pour objectif de rendre  hommage aux journalistes marocains qui s'illustrent par des initiatives  individuelles ou collectives contribuant au développement de la presse écrite  et audio-visuelle. Le comité d'organisation a reçu 125 candidatures réparties entre presse  écrite (39), radio (17), télévision (27), presse électronique (11), photo (6),  Agence Maghreb arabe presse (15), production journalistique amazighe (9) et  production journalistique hassanie (6).


(Avec MAP)


Laisser un commentaire

Merci de cocher cette case