Renard officialise son départ de la sélection

Hervé Renard n’est officiellement plus, depuis le 21 juillet, l’entaîneur de la sélection nationale de football.

C’est par le biais du réseau social Facebook, moyen de communication ayant sa préférence depuis qu’il y avait créé sa page début mars 2018, que Hervé Renard aura donc officialisé, ce 21 juillet 2019, son départ de la sélection marocaine, dans le pipe depuis l’élimination de cette dernière, le 5 juillet, du huitième de finale de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) de football et annoncé le 16 juillet par notre confrère Jalal Bouzrara dans son émission “Saât al-CAN” diffusée quotidiennement par la chaîne de télévision “Médi 1 TV” pendant la CAN. D’abord, l’entraîneur français a publié, vers 13h, un message de “chaleureux remerciements” à l’adresse du roi Mohammed VI “pour tous les efforts consentis afin de développer le sport et le football en particulier”. Le prince héritier Moulay El Hassan et le reste de la famille royale ont également été mentionnés. Puis, une demi-heure plus tard, il s’est fendu d’un deuxième message revenant cette fois sur ses trois ans et demi -plus précisément 41 mois- passés à la tête des Lions de l’Atlas, depuis sa désignation le 16 février 2016 en remplacement de Badou Zaki en passant par la première qualification marocaine, depuis 2004, pour les quarts-de-finale de la CAN en 2017, puis l’accession, la même année, à la Coupe du monde, vingt ans après la participation au mondial français par la génération des Salaheddine Bassir et autres Camacho. En même temps, ses poulains, rappellera-t-il, seront passés de la 81ème place mondiale à la 40ème en novembre 2017.

“Je suis fier de ce que l’on a réussi et jusqu’où nous avons réussi à hisser le football marocain,” souligne-t-il. C’en était donc fini de M. Renard au Maroc. Dès lors, les hommages ont commencé à pleuvoir. Sur les médias sociaux, ses désormais ex-joueurs, notamment le capitaine de la sélection Medhi Benatia ou encore Younès Belhanda, ont salué “un homme intègre avec des valeurs, un monsieur”, “un homme sincère et rigoureux qui a su redorer le blason de l’équipe nationale”. Pour sa part, le président de la Fédération royale marocaine de football (FRMF), Fouzi Lekjaâ, que M. Renard avait rencontré à deux reprises les 14 et 15 juillet dernier pour faire le point sur la participation du Maroc à la CAN et également parler de “l’avenir” -dixit le Français, également sur Facebook-, a confessé avoir “vécu des moments formidables avec [le] groupe” actuel. Justement, celui qui s’occupe également de la direction du budget au ministère de l’Economie et des Finances a organisé le lundi 22 juillet 2019 à Skhirat, au Centre international de conférence Mohammed-VI, une “rencontre avec la famille du football marocain” pour faire le bilan de son mandat, qui court depuis le 13 avril 2014, et également discuter des défis qui se posent dans le futur, surtout proche.

Parmi ceux-ci, bien entendu, la qualification à la prochaine CAN, prévue en juin et juillet 2021 au Cameroun, et dont les éliminatoires ont mis le Maroc le groupe E avec la Mauritanie, la République centrafricaine et le Burundi. Celles-ci doivent débuter le 11 novembre avec la réception de la voisine du Sud, et d’ici là il faudra bien entendu avoir trouvé un successeur à M. Renard. Parmi les favoris on trouve pour l’heure le Bosniaque Vahid Halilhodzic, aujourd’hui à la tête du club français du FC Nantes et qui a déjà entraîné au Maroc à la fin des années 1990 en permettant au Raja de Casablanca de remporter son deuxième titre continental en décembre 1997, et surtout le Français Laurent Blanc, au chômage depuis son limogeage en juin 2016 par le Paris Saint-Germain, également en championnat de France. Ce dernier pourrait ainsi arriver en même temps que son compatriote Bruno Génésio -aperçu le 27 mai dernier par les médias à l’aéroport international Mohammed-V de Casablanca-, pressenti pour occuper le poste de directeur technique national en lieu et place de Nasser Larguet, libéré de son contrat début mai dernier.

Quoiqu’il en soit, M. Lekjaâ a insisté pour que le prochain sélectionneur s’installe à Rabat, dans la mesure où une des raisons pour lesquelles il avait eu maille à partir avec M. Renard et que ce dernier vivait presque à plein temps au Sénégal auprès de sa campagne Viviane Dièye, qui n’est autre que la veuve de l’ancien sélectionneur des Lions de la Teranga Abdoul Karim Metsu.

 


Laisser un commentaire

Merci de cocher cette case