Renault rachète la participation de PSA dans SOMACA

Le leadership conforté


Marc Nassif, directeur général de renault maroc.

En dépit de la crise que traverse la maison mère depuis l’enquête judiciaire autour de l’ex-PDG Carlos Ghosn, les affaires du leader français de l’automobile fleurissent au Maroc.

Renault Maroc voit encore plus grand. En 2018, le constructeur automobile français a consolidé sa position de leader du marché en décrochant 6 places du Top Ten des meilleurs ventes en matière de livraisons l’année dernière (plus de 75.400). Les parts de marché cumulées sont passées de 41,8% en 2017 à 42,5% en 2018, tirant ainsi le marché avec une croissance positive de 6,9%, alors que le secteur n’évolue que de 5,2%.

Ces performances confortent les nouvelles ambitions du constructeur sur le marché marocain. La toute dernière action stratégique était de devenir associé unique dans sa filiale Somaca. Rester associés et concurrents à la fois sur le même marché était inimaginable pour les deux constructeurs automobiles français Renault et PSA. Ce dernier, qui inaugurera au mois d’avril 2019 son usine de Kénitra, a finalement cédé à Renault sa participation de 20% dans Somaca, l’usine de la marque au losange à Casablanca. Les deux constructeurs ont signé un accord qui «continue d’affirmer l’engagement» de la maison française «dans le développement de l’industrie automobile» au Maroc, d’après le management du Groupe Renault Maroc.

Doublement de production
Du côté de PSA, cet accord est totalement en ligne avec sa stratégie au Maroc, qui se concentre sur le développement de ses activités en propre: centre de pilotage régional, innovation, recherche et développement, production et commerce, couvrant ainsi toute la chaîne de valeurs automobile dans le Royaume. Pour rappel, l’usine du Groupe PSA à Kénitra sera inaugurée en 2019. Elle produira 100.000 véhicules et moteurs au démarrage, pour doubler sa capacité mi-2020 et atteindre les 200.000 véhicules.

Pour le groupe Renault, l’usine Somaca est stratégique. Elle fabrique les modèles du Groupe Renault depuis 1966 et les modèles Logan, Sander et Sandero Stepway de la gamme Dacia depuis 2005 et se positionne en tant que «fleuron de l’industrie automobile au Maroc». La filiale marocaine devient ainsi la base de production et d’exportation des véhicules de la gamme Global Access avec ses sites de Casablanca et de Tanger. En 2018, dans la même usine ont été produites 83.550 unités. Précisément, 69% des véhicules produits à Casablanca ont été exportés en Europe, en Egypte et dans les pays du Golfe, faisant rayonner la production marocaine à l’international.

Avec ce nouveau positionnement, le groupe Renault projette de doubler la capacité de production de l’usine de Casablanca pour passer de 80.000 à 160.000 véhicules à l’horizon 2022, selon le Directeur général du Groupe Maroc, Marc Nassif. Le groupe travaille également à développer son écosystème industriel pour porter à 65% le taux d’intégration locale et cibler 2 milliards d’euros de chiffre d’affaires à l’horizon 2023.


Laisser un commentaire