S.M. le Roi Mohammed VI et l'Afrique

Retour aux sources

La nouvelle politique africaine menée par le Souverain s’articule autour du lien historico-religieux solide, mais surtout autour de projets concrets de coopération Sud-Sud, de développement et de consolidation des infrastructures.

Une belle idylle s’est formée au fil du temps entre le Maroc et l’Afrique durant les 20 ans de règne de S.M. le Roi Mohammed VI. Depuis son accession au Trône, armé d’une volonté de fer pour ressouder les liens avec l’Afrique, le Souverain a sillonné le continent avec des tournées mémorables réalisées dans de nombreux pays frères et amis qui duraient parfois plusieurs mois. A chaque tournée, S.M. le Roi était accueilli dans la joie et la ferveur populaires africaines symbolisant la forte symbiose qu’entretiennent les peuples africains avec la monarchie alaouite. Sur le plan stratégique, force est de constater que ces nombreuses visites ont été marquées par la signature de plus de 600 accords qui ont conduit à la réalisation de grands investissements dans les pays visités, dans le cadre du développement des relations de partenariat maroco-africaines dans divers secteurs. Notamment dans l’immobilier, les projets d’infrastructure, les banques et l’industrie.

Une démarche innovante
Parmi les grands projets lancés en Afrique, on peut citer les projets de mise en valeur de la baie de Cocody; en Côte d'Ivoire, de la restructuration de la ville de Conakry, en Guinée; ainsi que des projets sociaux et la présence du secteur privé marocain (compagnies d'assurance, banques, opérateurs économiques) pour créer des emplois et renforcer les échanges. Ceci a permis au Maroc de devenir le premier investisseur en Afrique de l’Ouest et le deuxième en Afrique subsaharienne.

Aussi, les relations séculaires et spirituelles ont connu une forte dynamique sur tous les plans, en premier lieu dans le domaine religieux. Ainsi, le Commandeur des croyants a entamé une démarche innovante pour un Islam moderne et tolérant, sachant que plusieurs pays en Afrique s’inspirent du modèle marocain, comme le Sénégal, la Côte d’Ivoire, le Gabon et bien d’autres. A cette occasion, il faut citer le rôle majeur de juste milieu joué par la Fondation Mohammed VI des Oulémas africains, qui s’inscrit dans le cadre d’une perspective globale de coopération constructive. Il faut dire que cette nouvelle politique africaine s’articule autour du lien historico-religieux solide, mais surtout autour de projets concrets de coopération Sud-Sud, de développement et de consolidation des infrastructures.

Pour un monde meilleur
Cette politique africaine, saluée par la communauté internationale, a connu son apogée avec la réintégration triomphale du Maroc à l’Union africaine, le 30 janvier 2017, lors du sommet des chefs d’Etat qui a eu lieu à Addis Abeba, en Ethiopie. Pour de nombreux spécialistes, cette réintégration n’est pas seulement une décision tactique, mais une décision bien réfléchie destinée à réattribuer au Maroc sa place naturelle au sein de sa famille africaine. Ce retour, qui a jeté les fondements d’une coopération Sud-Sud solidaire et mutuellement bénéfique, sous le leadership du Roi Mohammed VI, est une initiative particulièrement courageuse. En effet, l’efficience et la pertinence de cette action royale ont mis le Maroc en capacité de faire entendre la voix de l'Afrique au niveau international. En plus d’assurer le progrès du continent et la promotion du développement économique et humain au service de la prospérité du citoyen africain.

Cela sans oublier les liens historiques unissant le Maroc et les pays d'Afrique. ’autre part, le Maroc a contribué à la consolidation de la paix en Afrique, à travers sa participation à plusieurs missions de maintien de la paix, sans oublier son élection, le 10 avril 2018, au Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’UA. Cette élection témoigne de la reconnaissance par des États africains du leadership de S.M. le Roi et du rôle constructif et solidaire du Maroc en faveur de la paix, de la sécurité et de la stabilité en Afrique. Par ailleurs, le Maroc n’a ménagé aucun effort dans le cadre de sa nouvelle politique en matière de migration, en adoptant une approche humanitaire et solidaire, protégeant les droits des migrants et préservant leur dignité.

Ce qui a permis la régularisation de la situation de dizaines de milliers de migrants. Ainsi, S.M. le Roi Mohammed VI a été désigné leader de l’Union africaine sur la question de la migration. Enfin, en concrétisant la nouvelle politique migratoire du Maroc, le Souverain a proposé, lors du 30ème sommet de l'UA, tenu à Addis Abeba les 28 et 29 janvier 2018, la création d’un observatoire africain de la migration. Un organe stratégique qui aura pour mission de collecter les informations et de développer leur échange ainsi que de faciliter la coordination entre les pays africains sur la question migratoire. L’observatoire a déjà été créé et son siège sera bientôt basé à Rabat.

Le moins que l’on puisse dire est que toutes ces actions marocaines pour le renforcement des relations avec l’Afrique tendent à projeter le Royaume au devant de la scène politique internationale. Ce qui procure au Maroc un statut privilégié pour construire un monde meilleur.


Laisser un commentaire