Saâd Eddine El Otmani a du pain sur la planche

LE CHEF DU GOUVERNEMENT DEVANT LE PARLEMENT

Déterminé et confiant, le Chef du gouvernement affiche clairement ses ambitions. Il veut s’attaquer aux politiques sociales, notamment l’éducation et la lutte contre la précarité.

A peine quelques jours après la formation de son nouveau gouvernement, intervenue le 9 octobre 2019, le Chef du gouvernement, Saâd Eddine El Othmani, se présente, lundi 28 octobre 2019 devant le Parlement pour exposer les priorités politiques et sociales de ce qui reste encore de son mandat. Avec son air confiant, le secrétaire général du PJD a réussi à capter l’attention des parlementaires. Son programme pour les prochains mois s’articule essentiellement autour des questions sociales.

Saâd Eddine El Othmani promet ainsi de poursuivre le soutien des politiques sociales, à travers la réduction des disparités territoriales et l’instauration de mécanismes de protection sociale. Il n'y a nul doute que l’accent sera aussi axé sur la réforme de l’éducation et la formation. Un chantier qui tient tant à coeur à S.M. le Roi Mohammed VI, qui a notamment appelé à développer le secteur de la formation professionnelle, seule aubaine pour les jeunes marocains recalés du système scolaire et universitaire et qui cherchent à intégrer le monde du travail. C’est ainsi que le Chef du gouvernement évoque la nécessité absolue d’activer la feuille de route pour le développement de la formation professionnelle, présentée devant le Souverain, le 4 avril 2019.

Cette activation devrait nécessairement passer par la mise en place des cités des compétences et des métiers, en modernisant les procédés pédagogiques à travers la formation par alternance et la formation par apprentissage. En plus de l’amélioration et la généralisation des services médicaux et la garantie de l’accès à des prestations de santé de qualité, dans le cadre de l’accélération du Plan national «Santé 2025», visant à élargir et améliorer la qualité de l’offre hospitalière et à développer des programmes de prévention et de traitement aux niveaux urbain et rural. Le Chef du gouvernement a, de même, assuré que le soutien aux politiques sociales exige également la mise en oeuvre du Plan national de l’emploi au niveau régional et la réforme des programmes de promotion de l’emploi, ainsi que la promotion de l’accès des classes pauvres et moyenne au logement décent et l’élaboration d’une politique sportive et culturelle nationale au profit des jeunes.

Il a aussi relevé la réduction des écarts sociaux et territoriaux, par le biais de l’accélération de la réalisation des programmes dédiés, l’accompagnement de la troisième phase de l’INDH, l’exécution des engagements issus du dialogue social et sa poursuite dans un esprit de responsabilité, la généralisation de la couverture sociale de base et l’optimisation du ciblage des citoyens en situation de précarité.

Sur le plan économique, il promet la promotion de l’investissement public, tout en travaillant pour la mise en oeuvre régionale du plan d’accélération du développement industriel, le soutien à l’export et à la compétitivité des sociétés exportatrices et l’incitation du secteur informel à intégrer progressivement le cycle économique. Des chantiers titanesques auxquels s’ajoutent des chantiers autrement plus ambitieux comme la régionalisation avancée, la réforme du régime des retraites et la lutte contre la corruption.


Laisser un commentaire

Merci de cocher cette case