Sahara : Quand des pro-polisario foulent aux pieds la démocratie suédoise

rkiya derham La parlementaire marocaine Rkiya Eddarham et Lahcen Mahraoui, membre du Conseil royal consultatif pour les affaires sahariennes (CORCAS).

La parlementaire marocaine Rkiya Eddarham et  Lahcen Mahraoui, membre du Conseil royal consultatif pour les affaires  sahariennes (CORCAS), ont été expulsés manu militari d'une rencontre sur le  Sahara, tenue jeudi au sein du parlement suédois, dans un signe clair de la  partialité flagrante des organisateurs.


Préférant n'écouter que les allégations ressassées par les représentants des  séparatistes, avec en tête la dénommée Aminatou Haidar, ces organisateurs, dont  certains membres des partis des Socio-démocrates et des Verts connus pour leur  soutien aveugle au polisario, ont empêché toute voix discordante, en totale  contradiction avec les principes de liberté d'expression qu'ils prétendent  défendre au nom de la démocratie suédoise.


Devant l'assistance médusée, M. Mahraoui a dénoncé ce geste agressif et  injustifiable qui n'honore pas les valeurs démocratiques et de libre opinion  que Stockholm ne cesse de mettre en avant comme les fondements de sa  Constitution et les principes de base de sa diplomatie.


"Honte! Où sont ces valeurs de démocratie et de libre expression, si nous ne  pouvons même pas donner notre point de vue en tant que Sahraouis, lesquels sont  les réels représentants de la grande majorité de la population du Sahara",  a-t-il lancé avant d'être conduit de force en dehors de la salle.


"Nous avons attentivement écouté les allégations, les contre-vérités et les  insultes proférées par Aminatou Haidar et ses amis avant de demander la parole  de la manière la plus civilisée pour éclairer l'assistance sur l'autre point de  vue majoritaire autour de ce différend régional", a pour sa part indiqué Mme  Edderham, clairement déçue aussi de se voir ainsi traiter dans ce haut-lieu de  la démocratie suédoise.


Anticipant cette attitude hostile des organisateurs, Mme Edderham et M.  Mehraoui ont distribué dans la salle une "lettre ouverte adressée par deux  sahraouis de souche à qui de droit" dans laquelle ils battent en brèche les  arguments fallacieux des séparatistes, détaillant les raisons réelles des  souffrances des Sahraouis affectés par ces 40 ans de conflit, à savoir la  politique de l'Algérie, créateur et mentor du polisario, et son hostilité  systématique à toute solution de compromis pour clore ce dossier.


Le document met en avant aussi la réalité sur le terrain aussi bien dans les  provinces du Sud du Maroc que dans les camps de Tindouf, les menaces que  représente la persistance de ce conflit sur la paix et la sécurité régionales  et l'impératif pour la Suède de s'en tenir au processus de l'ONU en vue de  l'application de la proposition d'autonomie, seule voie permettant une issue  pacifique et mutuellement acceptable.


Laisser un commentaire