Scandale au lycée Victor Hugo de Marrakech

Le proviseur accusé de harcèlement sexuel

Accusé de harcèlement sexuel par plusieurs élèves et professeures, le proviseur du lycée Victor Hugo de Marrakech, Hervé Magot, a été suspendu de ses fonctions par l’ambassade de France.

Le lycée français Victor Hugo, à Marrakech, est secoué par un scandale sexuel de grande ampleur. Accusé de harcèlement sexuel par de nombreuses élèves du lycée, le proviseur de ce dernier, Hervé Magot, a été suspendu de ses fonctions par l’ambassade de France à Rabat, jeudi 16 mai 2019, suite à une décision prise par l’agence pour l’enseignement français à l’étranger (AEFE). Une enquête administrative ainsi qu’une procédure judiciaire sont engagées contre le proviseur pour déterminer les circonstances des harcèlements dont seraient victimes plusieurs élèves et professeures du lycée. Le président du «conseil de vie lycéenne» dans l’établissement scolaire confirme l’existence d’un mail rédigé par une élève et envoyé aux parents des élèves. Dans ce mail, la principale victime raconte que le proviseur convoque l’élève pour un motif flou, ferme la porte, commente son physique ou ses vêtements et la touche. Suite à ce mail, d’autres lycéennes étaient sorties du silence pour dénoncer des affaires similaires.

Les élèves ont également manifesté, le 15 mai, dans la cour de l’établissement. Après plusieurs jours d’hésitation, la principale victime a déposé une plainte, lundi 20 mai 2019, auprès du procureur du Roi près du tribunal de première instance de Marrakech. Une plainte qui engage officiellement une procédure d’enquête judiciaire contre le proviseur. Selon le représentant de l’Association marocaine des droits de l’homme (AMDH) à Marrakech, Omar Arbib, «d’autres plaintes seront déposées dans les prochains jours pour motifs de harcèlement sexuel». L’association des parents d’élèves ne cesse, en effet, depuis mercredi 15 mai 2019, de manifester devant le lycée pour demander l’ouverture d’une enquête judiciaire.

Enquête judiciaire
Cette pression des parents d’élèves s’est accentuée après avoir recueilli 15 témoignages d’élèves et de professeures qui seraient victimes d’attouchements sexuels dans le bureau du proviseur. En poste depuis quatre ans, le proviseur du lycée Victor Hugo a fait l’objet d’une mesure d’appel par ordre, au siège de l’AEFE, à Paris, où il devrait être auditionné. Une affaire que la représentation diplomatique française au Maroc suit de près aux côtés l’AEFE.

Le vendredi 17 mai 2019, le conseiller culturel de l’ambassade de France à Rabat s’est rendu à Marrakech afin de rencontrer, à huis clos, deux représentants d’élèves ainsi que des représentants d’associations de parents et d’enseignants. Cette affaire, pour le moins consternante contre le responsable d’un lycée français au Maroc, remet au goût du jour le harcèlement sexuel qui se propage dans les établissements scolaires privés. Ce qui permettra à d’autres victimes silencieuses de se manifester pour dénoncer d’autres bourreaux potentiels.


Laisser un commentaire