Théâtre Marocain : un essai du chercheur Omar Fertat



C’est le fruit de dix ans de recherches menées par le chercheur marocain Omar Fertat sur le théâtre marocain et ses évolutions mais surtout ses emprunts au théâtre étranger dans les pièces et les spectacles adaptés les plus marquants du répertoire national.

Au bout d’une décennie, Omar Fertat a enfanté “Le théâtre marocain à l’épreuve du texte étranger”, un ouvrage qui fera date, tant l’essai retrace l’histoire de l’adaptation de grandes oeuvres étrangères par des dramaturges marocains notoires mais aussi l’émergence d’une nouvelle génération qui professionnalise cet emprunt.

Une décennie de recherches durant laquelle ce maître de conférences à l’Université Bordeaux Montaigne, où il enseigne le théâtre et le cinéma arabes au Département des Études arabes, et directeur de la revue Horizons/Théâtre, a été amené à effectuer plusieurs séjours au Maroc pour participer à des manifestations autour du théâtre, dont «Tanger la spectaculaire», festival international dédié aux arts de la scène qu’organise annuellement le Centre International des Études Spectaculaires (ICPS), présidé par le professeur Khalid Amine, ainsi que des rencontres avec des dramaturges et adaptateurs de textes étrangers, dont particulièrement Mohamed Kaouti.

Défrichant des pans jusque-là inexplorés de l’histoire du théâtre au Maroc, l’auteur analyse trois moments charnières dans l’évolution de cette pratique interculturelle: traduction et adaptation: le temps de l’apprentissage; de l’adaptation à l’écriture: appropriation et dépassement; et de la transplantation à la nouvelle dramaturgie. L’emprunt au théâtre étranger au Maroc reste forcément lié à des hommes et des femmes de théâtre qui se sont illustrés dans une pratique particulière de la traduction ou de l’adaptation et/ou ont inventé de nouvelles approches du texte occidental.

Une évolution positive
Une partie importante de cet ouvrage est donc aussi consacrée à quelques-uns de ces faiseurs de théâtre, comme Mehdi Mnaïa, André Voisin, Abdessamad Kenfaoui, Ahmad Tayeb Al-Alj, Tayeb Saddiki, Mohamed Kaouti, Abdalmajid Elhaouasse, Asmaa Houri. «Je suis content de voir enfin paraître cet essai et de pouvoir le partager avec les chercheurs et les amoureux du quatrième art marocain car à ce jour, la thématique de l’ouvrage «la traduction et l’adaptation dans le théâtre marocain» n’a jamais fait l’objet d’une publication ni d’une recherche sérieuse. J’ai essayé d’esquisser une histoire marocaine de cette pratique interculturelle en mettant en lumière aussi bien les oeuvres majeures que les acteurs de cette formidable aventure tels Tayeb Saddiki, Ahmed al-Alj ou Mohamed Kaouti. Je remarque qu’il y a une évolution certaine du théâtre marocain marquée fortement par une nouvelle génération de lauréats de l’Institut supérieur d’art dramatique et d’animation culturelle (ISADAC) qui ont modernisé le théâtre marocain par des propositions esthétiques où le corps, la musique, la scénographie… jouent un rôle important», confie Omar Fertat.

L’écrivain et chercheur n’omet pas de souligner la présence et le rôle avant-gardiste joué par l’élément féminin dans cette évolution positive. Le livre parle aussi des nouvelles générations qui ont raflé presque tous les grands prix nationaux de ces dernières années et réussi à s’illustrer au niveau international, dont Asmaa Houri et Mohamed El Horr. Le livre est disponible sur plusieurs sites de vente tels Amazone.fr ou la Fnac ou même sur le site des Presses universitaires de Bordeaux. Il peut être, également, commandé dans les librairies marocaines. La première présentation du livre aura lieu le 6 décembre 2018 à l’ISADAC. La rencontre sera animée par l’ancien directeur de cette institution, Ahmed Messaia.

Laisser un commentaire

Merci de cocher cette case